À Washington, un monument dédié à l’héroïsme collectif

La Reine Elisabeth II et une ranger devant un mur où est gravée une citation sur l'héroïsme (© AP Images)
La reine Elisabeth II du Royaume-Uni visite le Monument national à la mémoire des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale à Washington en mai 2007. (© AP Images)

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Américains continuent de rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour la paix, la prospérité et la stabilité que connaît une grande partie du monde aujourd’hui. Aux États-Unis, le principal mémorial* dédié à cette génération est un monument impressionnant situé sur la grande esplanade du National Mall, à Washington.

La construction du Monument national à la mémoire des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, situé entre le Washington Monument et le Lincoln Memorial, a commencé en septembre 2001. Il a été ouvert au public il y a 11 ans, en avril 2004 et officiellement inauguré en mai.

Deux pavillons situés aux extrémités nord et sud de la place sont encadrés de sculptures célébrant la victoire dans les zones Atlantique et Pacifique de la guerre.

Le message de 1945* du président Harry Truman adressé au Congrès américain saluait l’alliance et rendait hommage aux membres des mouvements de résistance dans les pays occupés dont les sacrifices ont contribué à la victoire des Alliés. L’inscription sur le mur ci-dessus est tirée de ce message : L’héroïsme de nos soldats … a été égalé par celui des forces armées des pays qui ont combattu à nos côtés. Elles ont absorbé les coups … et ont contribué pleinement à la destruction ultime de l’ennemi.

Seize millions d’Américains ont servi dans les forces armées américaines pendant la Seconde Guerre mondiale ; 405 399 d’entre eux ont péri dans le conflit.

Sculpture de soldats en armes, sur un mur, avec en arrière-plan, l’obélisque du Washington Monument. (© AP Images)
Un des 24 bas-reliefs en bronze qui encadrent l’entrée imposante du monument (© AP Images)

« À l’approche du 75e anniversaire du Débarquement, nous commémorons l’héroïsme de ces patriotes honorables qui ont tout sacrifié à la cause de la liberté pendant quelques-unes des heures les plus sombres de l’Histoire », a déclaré le président Donald Trump. Le 6 juin, M. Trump commémorera en France le 75e anniversaire du Débarquement au Cimetière américain de Normandie à Colleville-sur-Mer, aux côtés du président de la République française, Emmanuel Macron.

Une femme dans un fauteuil roulant, un ranger du parc national et d’autres personnes regardant des avions dans le ciel (© Jacquelyn Martin/AP Images)
L’ancienne militaire Elizabeth Copp, 96 ans, regarde des avions de la Seconde Guerre mondiale survoler le Monument national à la mémoire des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale (© Jacquelyn Martin/AP Images)

Les Alliés comprenaient tous les signataires de la Déclaration des Nations unies du 1er janvier 1942, à savoir les États-Unis, l’Union soviétique, le Royaume-Uni et la Chine. Vingt-deux autres pays y ont apposé leur signature le jour suivant (voir ci-après) et 21 nations y avaient ajouté la leur à la fin de la guerre. La solution pacifique proposée pour mettre fin à la guerre incluait non seulement les alliés victorieux, mais aussi l’Allemagne, le Japon, l’Italie et d’autres nations. Comme l’a dit le président Truman devant l’Assemblée générale de l’ONU réunie à San Francisco en 1945 : « Si nous ne voulons pas mourir ensemble en temps de guerre, nous devons apprendre à vivre ensemble en temps de paix*. »

Vue aérienne du monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale, avec une fontaine et des gens. (© AP Images)
Le monument aux morts accueille plus de 4 millions de visiteurs par an. (© AP Images)

 

Les 26 pays signataires originaux étaient les suivants : États-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord, Union des Républiques socialistes soviétiques, Chine, Australie, Belgique, Canada, Costa Rica, Cuba, Grèce, Guatemala, Haïti, Honduras, Inde, Luxembourg, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Panama, Pays-Bas, Pologne, République dominicaine, Salvador, Tchécoslovaquie, Union de l’Afrique du Sud, Yougoslavie.

Au mois de mars 1945, les pays suivants y avaient apposé leur signature : Mexique, Philippines, Éthiopie, Irak, Brésil, Bolivie, Iran, Colombie, Liberia, France, Équateur, Pérou, Chili, Paraguay, Venezuela, Uruguay, Turquie, Égypte, Arabie saoudite, Syrie, Liban.

Mise à jour de cet article initialement publié le 1er mai 2015.

 

*en anglais