Aider les Iraniens à « recouvrer leurs droits humains fondamentaux » [vidéo]

À l’approche de l’échéance du 4 novembre, date à laquelle les États-Unis réimposeront leurs sanctions contre le régime de Téhéran, des responsables américains ont rencontré des membres de la diaspora iranienne pour mettre en relief le sort des 800 prisonniers de conscience actuellement détenus par le gouvernement iranien ainsi que les autres violations des droits de l’Homme commises par ce régime contre son propre peuple.

Brian Hook, le représentant spécial du département d’État pour l’Iran, et son collègue Michael Kozak, chargé du Bureau démocratie, droits de l’Homme et travail, ont animé ce débat lors de l’Assemblée générale des Nations unies à New York. M. Hook a déclaré que la réimposition des sanctions américaines se traduirait par « une pression maximale sur le régime tant qu’il n’aura pas décidé de changer son comportement ».

Shervan Fashandi, un membre de la diaspora iranienne à la réunion, a exprimé l’espoir que la discussion encouragerait non seulement les États-Unis, mais aussi la communauté internationale, « à soutenir les Iraniens dans leur lutte pour recouvrer leurs droits fondamentaux qui sont énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme ».