Le saviez-vous ?

  • Les femmes forment une proportion considérable de la main-d’œuvre agricole dans les pays en voie de développement — jusqu’à 50 % en Afrique subsaharienne.
  • Les agricultrices sont moins productives que les hommes parce que l’accès à la terre, aux outils, au crédit et à la formation leur est plus difficile.
  • Si les femmes avaient accès aux mêmes ressources que les hommes, elles pourraient augmenter les rendements agricoles de 20 % à 30 %.
  • L’augmentation de la production agricole pourrait réduire de 150 millions le nombre des personnes souffrant de la faim.

En renforçant le pouvoir d’action des femmes rurales — par l’accès au crédit, à des moyens de transport des récoltes vers les marchés et, plus fondamentalement, au droit primordial de prendre des décisions quant à l’utilisation de leurs terres et ressources — on aide à nourrir le monde et on favorise le progrès social.

Un homme et une femme sourient dans un champ, des tomates dans les mains (Paul Weisenfeld/USAID)
Les Tanzaniennes s’impliquent et renforcent leur pouvoir d’action dans le secteur agricole du pays. (Paul Weisenfeld/USAID)

Grâce à leur initiative Feed the Future et à d’autres programmes, les États-Unis œuvrent au service de la promotion de l’agriculture dans 19 pays partenaires d’Amérique centrale, d’Afrique et d’Asie du Sud. L’autonomisation des agricultrices est une stratégie qui a fait ses preuves. En voici quelques exemples :

  • En Tanzanie, les progrès de l’irrigation permettent des rendements accrus tandis qu’un meilleur accès aux marchés se traduit en revenus agricoles supérieurs. Il reste encore à accroître la valeur nutritionnelle des produits agricoles et à améliorer leur transformation et leur stockage.
Une femme sourit en marchant dans un champ de soja (Elisa Walton/USAID)
Une agricultrice ghanéenne marche dans son champ de soja. (Elisa Walton/USAID)
  • Au Ghana, des experts aident des productrices de riz, de maïs et de soja à introduire des variétés de semences plus robustes, à obtenir des financements supplémentaires et à nouer des liens plus étroits avec les marchés.
Une femme avec un plateau de pois-chiches (David Kahrman/USAID Ethiopia)
Une ouvrière trie des pois-chiches à l’usine de transformation Agro Prom d’Adama, en Éthiopie. (David Kahrman/USAID Ethiopia) 
  • Avec l’aide des États-Unis, une entreprise agro-alimentaire éthiopienne a ouvert une nouvelle usine de transformation et de nettoyage des pois-chiches*. Grâce à l’amélioration des normes de traitement, les productrices éthiopiennes de pois-chiches vendront leurs récoltes à meilleur prix.

Lorsque les agricultrices prospèrent, leurs enfants sont mieux nourris et ils sont plus susceptibles d’aller à l’école et de faire de bonnes études. Les enfants ont un avenir plus prometteur. Leur famille et leur pays aussi.

Renseignez-vous sur la promotion des opportunités pour les femmes dans le monde en développement. Et suivez #FeedtheFuture* pour savoir comment des investissements même modestes permettent d’obtenir des résultats impressionnants.

 

*en anglais