L’art et l’avant-garde sont toujours allés de pair. Aujourd’hui, les universités américaines sont plus innovatrices que jamais dans ce domaine, et leurs programmes d’artisanat, d’arts numériques et de conservation des œuvres d’art repoussent les frontières de la technologie et de l’expression.

L’artisanat 2.0

Trois hommes en train de souffler du verre. (Crédit : Appalachian Center for Craft)
Le soufflage du verre est l’une des disciplines qui a recours aux nouvelles technologies à l’Appalachian Center for Craft. (Photo offerte)

Pour le soufflage du verre, la céramique et l’ébénisterie, certains établissements font l’impasse sur la technologie, par respect des « anciennes méthodes » de préservation du passé. Mais ce n’est pas le cas de l’Appalachian Center for Craft, un campus satellite de la Tennessee Tech University, situé à Cookeville, dans le Tennessee.

Là, les étudiants utilisent la conception assistée par ordinateur, des imprimantes 3D et des métiers à tisser informatisés pour préserver les trésors de cette région montagneuse, note Jeff Adams, le directeur sortant du Centre.

Le centre enseigne de nouvelles manières d’utiliser ces savoir-faire. Des étudiants en ingénierie et en céramique travaillent ensemble sur un projet en Afrique subsaharienne. Les ingénieurs conçoivent un système de filtrage de l’eau, et les étudiants en céramique fabriquent les dispositifs de filtrage en argile.

« Ici, ce qui compte, c’est ce qu’ils veulent faire des savoir-faire que nous leur inculquons, et pas simplement fabriquer des objets pour les commercialiser », précise Jeff Adams.

Conserver les œuvres d’art, et plus encore

Trois étudiantes en train de travailler à la restauration d'une statue. (Crédit : Silvia Marinas-Feliner)
Des étudiantes en conservation des collections de musée à l’université New Mexico State testent leurs talents de restauratrices. (Crédit : Silvia Marinas-Feliner)

L’université New Mexico State, le plus vieil établissement public d’enseignement supérieur au Nouveau-Mexique, propose une licence en conservation des collections de musée depuis 2005.

L’intérêt porté à la conservation des œuvres d’art pourrait être lié à la popularité de la médecine légale mise à l’honneur dans des séries télévisées telles que « Les Experts », pense Silvia Marinas-Feliner, la directrice de ce programme.

Il y aura toujours des objets à restaurer. « Les objets se détériorent et doivent être préservés, surtout en cas de catastrophes naturelles », ajoute-t-elle.

L’une de ses anciennes étudiantes, Lyndy Bush, travaille au Musée national d’histoire naturelle de l’Institut Smithsonian, à Washington. « Je conserve des spécimens botaniques qui ont été endommagés [par l’ouragan Sandy] alors qu’ils se trouvaient en prêt », explique-t-elle.

« J’adore mon travail parce qu’il conjugue l’art à la science et au savoir-faire », confie Lyndy Bush.

Courts métrages d’animation et autres arts numériques

Les étudiants sont de plus en plus nombreux à être attirés par les arts numériques, dont l’animation, le développement de jeux vidéo, le graphisme et les effets visuels.

Anne Yang étudie l’animation à la School of Visual Arts de New York, dont le programme d’arts numériques compte parmi les meilleurs du pays.

Elle se félicite d’avoir acquis une expérience pratique et directe. Avec sept camarades de classe, elle a collaboré à la fin de sa troisième année d’études à la réalisation d’un court métrage, Fright Shift, qui raconte l’histoire d’un chasseur de fantômes apeuré par les fantômes. « Ce n’est pas le genre de chose que les étudiants font normalement », fait-elle remarquer.

En quatrième année, forte de ses compétences, elle a réalisé un film pour sa thèse. Intitulé Broken Wand, il lui a valu une deuxième place en animation au concours des College Television Awards.

Qu’est-ce qui explique l’attrait de la section art numérique, animation numérique et effets visuels ? « Nous proposons un programme dans lequel tous les membres du corps enseignant sont des professionnels en activité, un programme extrêmement rigoureux et qui pousse les étudiants au plus haut niveau d’excellence en les amenant à se comporter en artiste pendant chacune de leurs quatre années d’études », répond John McIntosh, qui dirige ce département.

Suivez ShareAmerica pour en savoir plus sur les études aux États-Unis, la vie sur un campus et les moyens de financer ses études aux USA. Quand vous serez prêt à franchir le premier pas, visitez le site d’Education USA*.

Cet article a été rédigé par Karen Calabria, rédactrice free-lance. Mark Trainer, rédacteur de ShareAmerica, y a contribué.