Ellen Ochoa est née la même année que la NASA : 1958. Elle avait 11 ans quand des astronautes ont posé le pied sur la Lune. Mais l’idée d’être un jour astronaute semblait encore plus farfelue que celle de devenir présidente. « Je peux vous dire qu’à cette époque-là personne ne demandait à une fille si elle envisageait de faire ce métier », raconte Ellen Ochoa au Newseum*.

La situation a commencé à changer en 1978, quand la NASA a recruté six femmes* astronautes. Ingénieurs un tantinet facétieux, leurs collègues masculins avaient conçu pour elles un kit de maquillage. « On ne voulait pas être des filles-astronautes, une catégorie à part et distincte de celle des hommes », se souvient Kathryn Sullivan*, l’une des six pionnières.

L’espace une fois ouvert aux femmes, Ellen Ochoa a rejoint le camp des astronautes après avoir obtenu une licence de physique. En 1993, elle a été la première Hispanique à faire pour de vrai l’expérience de l’apesanteur. Avec les quatre missions auxquelles elle a participé, elle a près de mille heures de vol à son actif. Elle a étudié l’atmosphère de la Terre, capturé un satellite qui servait à étudier le Soleil et manipulé un bras robotisé pour guider un équipage de la station spatiale internationale en sortie dans l’espace.

D’autres femmes aux parcours variés ont emprunté le même chemin qu’elle : scientifiques, spécialistes de mission, pilotes, commandantes. Mae Jemison, médecin, a été la première astronaute noire. C’était en 1992. Deux ans plus tard, un autre médecin, Chiaki Mukai, a été la première Japonaise à aller dans l’espace. Une ingénieure et femme d’affaires irano-américaine, Anousheh Ansari*, a été la première femme touriste spatiale et la première personne d’origine iranienne à faire un tel voyage, ayant acheté sa place à bord d’un vol pour la station spatiale internationale, en 2006.

Faites la connaissance d’une adolescente de 13 ans qui s’est mis en tête de faire le premier pas sur Mars. Personne – ni son père, ni les médias, ni la NASA – ne pense que son rêve est une chimère.

Vous aimeriez faire carrière dans les sciences, la technologie, l’ingénierie ou les maths, ou vous connaissez quelqu’un que ça tente ? Découvrez TechGirls*, un programme d’échanges pour les filles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui leur ouvre des horizons nouveaux dans le domaine de la conception de sites Web, la robotique et la création graphique destinée à la vidéo. Un autre programme, Girls Who Code*, donne aux filles les compétences et les ressources nécessaires pour se lancer dans l’informatique. Et ce n’est pas tout : la plateforme d’innovation LAUNCH*, financée par la NASA, l’USAID, le département d’État et Nike, cherche à relever les défis de l’avenir en matière de durabilité environnementale.

 

*en anglais