L’Iran continue d’être le premier État commanditaire du terrorisme dans le monde, perpétrant des attentats et d’autres activités déstabilisantes par le biais de son corps des Gardiens de la révolution islamique et son unité militaire spécialisée appelée Force Qods (CGRI). L’un des objectifs principaux des sanctions américaines est de tarir les sources de revenus de ce groupe.

En mai, les États-Unis et les Émirats arabes unis ont pris des mesures ensemble pour démanteler un vaste réseau de change qui transférait illégalement des millions de dollars au corps des Gardiens de la révolution islamique. Le CGRI utilisait ensuite les fonds pour financer « ses activités malveillantes et ses groupes régionaux mandatés », a déclaré le département du Trésor des États-Unis.

Voici comment le réseau fonctionnait. La société-écran Jahan Aras Kish retirait au profit de la FQ-CGRI des revenus pétroliers placés dans des comptes étrangers de la Banque centrale iranienne, ce qui lui a valu d’être désignée par les États-Unis*. Deux cadres de cette société-écran collaboraient avec un responsable du CGRI et deux changeurs de devises. Ces trois derniers collaboraient à leur tour avec un individu iranien pour transférer les fonds aux Émirats arabes unis et les convertir en dollars américains. En outre, le directeur général de Rashed Exchange œuvrait de concert avec le CGRI pour forger de faux documents visant à camoufler ces transactions financières illicites.

Infographie illustrant le flux des fonds qui entraient en Iran et en ressortaient (Département d’État)« Le département du Trésor tient à exprimer ses remerciements aux Émirats arabes unis pour leur étroite collaboration en la matière », a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin en annonçant les désignations. « Les pays du monde entier doivent demeurer vigilants face aux efforts déployés par l’Iran pour exploiter leurs institutions financières dans le but d’échanger des devises et de financer les acteurs malveillants de la CGRI et le plus grand commanditaire du terrorisme dans le monde. »

Cet article est le second d’une série de deux consacrés aux efforts menés par les États-Unis pour contrer le financement du terrorisme par l’Iran ; le premier article était intitulé Comment les États-Unis ont démasqué le financement du Hezbollah par la Banque centrale d’Iran [infographique].

 

*en anglais