Comment le célèbre cimetière militaire d’Arlington a vu le jour

Tous les ans, le dernier lundi de mai, les Américains rendent hommage aux hommes et aux femmes qui sont morts au service de la nation. Ce « Memorial Day » est un jour férié pour la plupart des gens. Beaucoup d’entre eux assistent à des défilés, visitent des monuments aux morts ou vont se recueillir sur la tombe d’un proche.

L’un des sites les plus importants de ces commémorations est le cimetière national d’Arlington*, où reposent des membres des Forces armées des États-Unis qui ont pris part à tous les grands conflits du pays depuis la guerre d’Indépendance. Le cimetière se trouve dans le nord de la Virginie, face à Washington, de l’autre côté du Potomac. Lors du Memorial Day de 2021, le président Biden est venu s’y recueillir. « Que la lumière brille perpétuellement sur les soldats tombés. Que Dieu apporte du réconfort à leurs familles. Et que Dieu protège nos troupes, aujourd’hui et toujours », a-t-il déclaré.

Plus de 400 000 soldats et leurs proches qui remplissent les conditions requises sont enterrés dans ce cimetière, qui s’étend actuellement sur près de 260 hectares et dont un agrandissement est prévu pour y établir 80 000 concessions funéraires supplémentaires.

Deux présidents américains y sont inhumés. La tombe de William Howard Taft, dans la section 30, se trouve en retrait de Schley Drive, l’une des principales allées, à l’ombre des arbres. Celle de John F. Kennedy se situe dans la section 45, au pied de la colline sur laquelle est érigé Arlington House, un manoir construit au début des années 1800. (Tous les présidents peuvent être enterrés au cimetière, mais la plupart reposent dans la ville de leur ancien domicile ou sur le site de leur bibliothèque présidentielle.)

Des scouts tenant des drapeaux sur une tombe dans un lieu boisé (© MPI/Getty Images)
Des scouts tiennent des drapeaux américains sur la tombe de l’ancien président William Howard Taft en 1930. (© MPI/Getty Images)

Les origines du cimetière

Les terres sur lesquelles le cimetière a été aménagé appartenaient à Mary Custis Lee, l’épouse du général Robert Lee, de l’armée confédérée. La famille Lee a résidé un certain temps dans le manoir Arlington House, construit sur la plantation des dizaines d’années plus tôt par des esclaves à la demande d’un descendant de Martha Washington, l’épouse du premier président des États-Unis.

À gauche : des personnes en uniforme assises ou debout sur les marches d’un manoir (© Alexander Gardner/Sepia Times/Universal Images Group/Getty Images) À droite : un bâtiment à colonnes (© Cliff Owen/AP Images)
À gauche, des soldats de l’Union se prélassent sur les marches d’Arlington House en 1864. (© Alexander Gardner/Sepia Times/Universal Images Group/Getty Images) À droite, le manoir Arlington House, de style néo-grec, surplombe Washington. (© Cliff Owen/AP Images)

La famille Lee abandonne le domaine au début de la guerre de Sécession, en 1861, et l’armée de l’Union va s’en emparer pour défendre Washington contre les soldats confédérés.

Les autorités en feront un cimetière national en 1864, la place finissant par manquer dans les cimetières des environs du fait des nombreux morts de cette guerre, explique Tim Frank, historien du cimetière national d’Arlington. À l’instar des autres cimetières nationaux de l’époque, Arlington pratiquait la ségrégation des morts en fonction de la race et du rang. Une pratique qui sera abandonnée 84 ans plus tard, à la suite de la déségrégation de l’armée par le président Harry Truman.

Pierre tombale comportant la sculpture d’un boxeur sculpté sortant de la pierre (U.S. Army/Elizabeth Fraser/Arlington National Cemetary)
La tombe de Joe Louis Barrow, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale et champion du monde de boxe poids lourd (U.S. Army/Elizabeth Fraser/Arlington National Cemetary).

Dans les toutes premières années qui suivent la guerre de Sécession, beaucoup de familles ne veulent pas que leurs proches soient enterrés à Arlington : c’était avouer qu’elles étaient trop pauvres pour récupérer la dépouille de leurs soldats et les inhumer près de chez elles, poursuit M. Frank.

Mais cela va changer à partir de 1868, lorsque d’anciens combattants de la guerre de Sécession décident d’instaurer une journée au cimetière d’Arlington qui sera consacrée à un hommage aux soldats tombés au champ d’honneur. Ils l’appellent le « Decoration Day » et fixent ce jour au 30 mai. Le président Ulysses Grant, qui a mené l’armée de l’Union à la victoire pendant la guerre civile, prendra part à plus d’une cérémonie de ce type.

« Nous attribuons vraiment au Decoration Day le mérite d’avoir fait d’Arlington notre premier cimetière national, affirme M. Frank. Des milliers de personnes sont venues à Arlington déposer des fleurs sur les tombes. Par la suite, nous avons vu de plus en plus de généraux et d’amiraux, de récipiendaires de la médaille d’Honneur et de dignitaires demander à être inhumés à Arlington. »

Vue aérienne des pierres tombales du cimetière national d’Arlington (U.S. Army/Elizabeth Fraser/Arlington National Cemetery)
Trente funérailles sont organisées chaque jour au cimetière national d’Arlington. (U.S. Army/Elizabeth Fraser/Arlington National Cemetery)

C’est après la Première Guerre mondiale que les Américains commencent à rendre hommage, lors du Decoration Day (l’ancêtre du Memorial Day) aux soldats morts au combat toutes guerres confondues. Depuis 1971, conformément à une loi votée par le Congrès, ce jour du souvenir est fixé au dernier lundi du mois de mai. Une cérémonie solennelle se tient au cimetière national d’Arlington, au cours de laquelle le président dépose une couronne sur la tombe du Soldat inconnu.

Une personne en uniforme saluant la tombe du Soldat inconnu à côté d’une personne en fauteuil roulant. (© Alex Brandon/AP Images)
Le sergent de l’US Army Brian Pomerville se tient au garde-à-vous à côté de son épouse, Tiffany Lee, devant la Tombe du soldat inconnu. (© Alex Brandon/AP Images)

Inspirée de monuments commémoratifs similaires en France et en Grande-Bretagne, la tombe du Soldat inconnu est le site funéraire le plus visité du cimetière, attirant des millions de personnes chaque année.

 

 

*en anglais