Cours « Malala » : une victoire de plus pour l’éducation des filles

Gros-plan de Malala Yousafzai (© AP Images)
Malala Yousafzai a été prise pour cible parce qu’elle milite pour le droit des filles à l’éducation. (© AP Images)

« C’est qui, Malala ? », rugit l’homme, l’arme au poing, en bondissant dans le car scolaire. Et il tire. Blessée, la jeune Pakistanaise s’effondre. Des balles atteignent aussi deux de ses camarades de classe.

Ce jour d’octobre 2012, dans la vallée de Swat, allait faire de Malala Yousafzai une célébrité. La jeune militante pour le droit des filles à l’éducation se verra même décerner le prix Nobel de la paix deux ans plus tard. Aujourd’hui, dans des lycées et des universités, son autobiographie, Moi, Malala, sert de base aux discussions sur le droit de tous – et toutes – à l’éducation et à une carrière. Les enseignants engagent une réflexion sur la violence liée au genre dont la jeune fille a été victime . Elle a été prise pour cible parce que son militantisme menaçait des éléments dans sa société qui voulaient maintenir les femmes sous le joug des hommes.

Exemplaires de l’autobiographie de Malala et d’autres livres (© AP Images)
L’autobiographie de Malala Yousafzai a fait un tabac dans le monde entier. (© AP Images)

Malala a eu la chance d’avoir un père qui partageait sa passion pour les études et qui l’a toujours soutenue à bloc. Ziauddin Yousafzai était d’ailleurs présent à Washington pour le lancement du cours « Malala » le 14 novembre. Quand on lui a demandé ce qu’il ferait au cours des douze prochains mois pour réduire les obstacles à l’éducation des filles s’il avait « une baguette magique », il a simplement répondu : « À vrai dire, il n’y a pas de baguette magique. . . La route est longue, et il faut avancer un peu plus tous les jours. »

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, une femme sur trois sera victime de violences physiques ou sexuelles à un moment donné ou à un autre de son existence. Du 25 novembre au 10 décembre, la campagne 16 jours d’activisme sera l’occasion de réaffirmer le droit des femmes et des filles à l’éducation et d’inviter tous les habitants de la planète à se mobiliser autour de cette cause.