Des responsables municipaux s’engagent à renforcer la démocratie

Un homme en train de parler, debout au bout d’une table autour de laquelle sont assises cinq autres personnes (Département d’État /Ava D’Sa)
Akram Elias, à gauche, président de Capital Communications Group Incorporated, parle à des responsables municipaux participant à une initiative issue du Sommet pour la démocratie, dont Roheyatou Lowe, de Banjul (Gambie), Olga Ditsie, du conseil municipal de Jwaneng (Botswana) et Christopher Pappas, de la municipalité d’uMngeni (Afrique du Sud). Également présente : Emilia Balke, agente de liaison du Programme de leadership des visiteurs internationaux. (Département d’État/Ava D’Sa)

Des maires et des responsables municipaux de plus d’une douzaine de pays se sont rendus aux États-Unis en juin et juillet pour nouer des liens avec leurs homologues américains et trouver des moyens de renforcer la démocratie.

« La démocratie est un concept relativement nouveau pour notre société », a fait remarquer Christopher Pappas, maire de la municipalité d’uMngeni, en Afrique du Sud, qui est allé aux États-Unis en juin. « Vingt-sept ans après le colonialisme et l’apartheid, les gens ont encore peur du gouvernement et du changement. Notre objectif est de renforcer la confiance dans les institutions démocratiques en tant que vecteur de changement. »

M. Pappas figurait parmi les participants à une initiative du département d’État, menée en partenariat avec l’Agence des États-Unis pour le développement international, qui porte le nom de « Summit for Democracy International Visitor Leadership Program* ».

Les autres participants venaient des pays suivants : Allemagne, Argentine, Botswana, Gambie, Indonésie, Irlande, Italie, Kosovo, Mozambique, Philippines, Pologne et Slovaquie.

Le programme s’inscrit dans le prolongement du Sommet pour la démocratie, un évènement virtuel d’une durée de deux jours organisé par le président Biden en 2021. À l’image du sommet, ce nouveau programme d’échange porte sur les moyens de :

  • renforcer la démocratie et se prémunir contre l’autoritarisme ;
  • lutter contre la corruption ;
  • et promouvoir le respect des droits humains.
6 personnes posant pour une photo à l’extérieur (Département d’État /Ava D’Sa)
Ces dirigeants municipaux, de gauche à droite, se sont rendus aux États-Unis en juin : Roheyatou Lowe, de Banjul (Gambie) ; Christopher Pappas, de la municipalité d’uMngeni (Afrique du Sud) ; Olga Ditsie, du conseil municipal de Jwaneng (Botswana) ; Bettina Inés Romero, de la municipalité de Salta (Argentine) ; Ardian Gjini, de la municipalité de Gjakova (Kosovo) ; et Ciro Buonajuto, de la commune d’Ercolano (Italie). (Département d’État /Ava D’Sa)

Pendant leur séjour, les maires ont rencontré des responsables des secteurs public et privé à Washington, à Denver et à Phoenix. Les dirigeants municipaux se sont entretenus avec leurs homologues à Dallas, à Kalamazoo (Michigan) et à Los Angeles.

« La démocratie, c’est vivre ensemble dans le respect et la tolérance, indépendamment de la religion, du sexe, de la couleur de la peau, de l’orientation sexuelle, etc., et c’est accomplir davantage ensemble par la participation et la cocréation », a souligné Christian Huebel, directeur municipal chargé de la démocratie et de la stratégie à Mannheim, en Allemagne.

9 personnes posant pour une photo devant le bâtiment (Département d’État/Ava D’Sa)
Au premier rang à partir de la gauche, ces responsables municipaux se sont rendus aux États-Unis en juillet : Jerryne Felicidade Ana Jacob, de Pemba (Mozambique) ; Joy Eniola, du conseil municipal de Dublin (Irlande) ; Leonora Morina Bunjaku, de la municipalité de Gjilan (Kosovo) ; Anne Grimes, du Bureau des visiteurs internationaux ; Karolina Medyk, de Varsovie (Pologne) ; Ma Josefina Belmonte Alimurung, de Quezon City (Philippines). En bas, de gauche à droite : Christian Huebel, de Mannheim (Allemagne) ; Firman Hamid Pagarra, de Makassar (Indonésie) ; et Jakub Kmet, de Bratislava (Slovaquie). (Département d’État/Ava D’Sa)

De retour dans leur pays, les participants garderont le contact pour discuter de leurs plans d’action et des progrès qu’ils auront faits. Ils se retrouveront virtuellement en octobre.

« La démocratie reconnaît la valeur et l’opinion de chaque citoyen », a affirmé Leonora Morina Bunjaku, maire adjointe de Gjilan, au Kosovo. « Cela permet à chaque citoyen de faire entendre sa voix aux urnes pour qu’on soit tous égaux. »

 

*en anglais