Le président Obama a désigné monument national deux étendues de territoire dans les États de l’Utah et du Nevada.

À noter qu’aux États-Unis, un monument désigne non seulement un ouvrage d’architecture, mais aussi un site destiné à préserver le souvenir d’un évènement ou la biodiversité d’une aire naturelle.

Le Bears Ears National Monument, dans l’Utah, s’étend sur quelque 540 000 hectares dans la région des Four Corners (« quatre coins », ainsi nommée parce que quatre États convergent à cet endroit), a annoncé la Maison Blanche* le 28 décembre. La désignation de ce site représente une victoire pour les tribus amérindiennes et les défenseurs de l’environnement. En effet, la zone protégée couvre des terres considérées comme sacrées et abrite, d’après les estimations, 100 000 sites archéologiques, y compris d’anciennes cavernes nichées dans les falaises.

Au Nevada, la superficie de 120 000 hectares du Gold Butte National Monument protégera des paysages pittoresques mais écologiquement fragiles. L’aire comprend de l’art rupestre, des objets archéologiques, des fossiles rares et des traces, récemment découvertes, de dinosaures.

Des dessins gravés dans un rocher (© AP Images)
Des pétroglyphes, gravés dans la roche, au Bears Ears National Monument dans l’Utah. (© AP Images)

La Maison Blanche et les défenseurs de l’environnement soulignent que les deux nouvelles aires protégées étaient menacées de pillage et de vandalisme.

« Les mesures adoptées aujourd’hui contribueront à protéger ce patrimoine culturel et permettront aux prochaines générations de connaître et d’apprécier ces paysages pittoresques et historiques », a relevé le président Obama dans sa déclaration.

Le président de la nation Navajo, Russell Begaye, a qualifié l’occasion de jour extraordinaire pour sa tribu et pour les peuples de toutes les cultures. « On a toujours considéré Bears Ears comme un refuge, a-t-il précisé. Les rochers, les vents, la terre – ils sont vivants, ils respirent et ils méritent une protection durable. »

(Les « monuments nationaux » de Gold Butte et de Bears Ears abritent certaines des ressources les plus précieuses du pays)

La nation Navajo fait partie des cinq tribus qui vont élire une personne à la tête d’une nouvelle commission tribale chargée du « monument national » de Bear Ears. Elle fournira des spécialistes de la région pour gérer les terres, ont indiqué les responsables.

Une habitation taillée dans la roche (© AP Images)
Une habitation en ruines au monument national de Bears Ears, surnommée la « Moonhouse » (la maison lunaire) (© AP Images)

Le site de Gold Butte et ses montagnes accidentées, ses formations en grès et ses forêts d’arbres de Josué regorgent d’art rupestre et d’objets anciens. Les colons élevaient du bétail dans la région et y exploitaient les minerais. Aujourd’hui, il offre le parfait décor pour les campeurs et les amateurs de véhicules tout-terrain. Son nom est tiré de celui d’une ville minière du début du XIXe siècle.

Aucun président américain n’a protégé autant de terres que Barack Obama, au cours de ses huit années à la Maison Blanche, en créant et en agrandissant des monuments nationaux.