Que se passerait-il si, chaque mois, vous receviez un rapport comparant votre utilisation d’électricité à celle de vos voisins ? Et si vous receviez aussi des conseils sur la façon de réaliser des économies en fonction de votre profil d’utilisation ?

Un nouveau logiciel permet tout cela, selon David Moore, directeur de développement marketing chez Opower. Sa société a lancé un logiciel basé sur cloud qui vise les consommateurs de services publics. « Nous recueillons des données du service public et nous les convertissons en quelque chose de plus utile que de simples informations de facturation », explique-t-il.

Les données collectées par les sociétés privées et publiques de services publics sont interprétées de manière à créer des dialogues entre fournisseurs et consommateurs. Le consommateur a l’occasion de s’exprimer — et de mieux contrôler sa consommation d’électricité.

Compteur intelligent (© AP Images)
Des compteurs intelligents envoient aux fournisseurs des informations détaillées sur la consommation d’électricité des ménages. (© AP Images)

Le fait que les consommateurs se plaignent de leur compagnie d’électricité n’est un secret pour personne. Il y a toujours eu, selon Moore, « une énorme différence entre les services publics et les attentes de leurs clients ». La société, qui, en tant que compagnie de services publics, a des clients aux États-Unis et à l’étranger, reçoit les mêmes plaintes partout dans le monde, aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement.

Les gens veulent des factures moins élevées. Ils veulent des factures plus exactes, et ils demandent des renseignements sur l’énergie aux sociétés de services publics. Le logiciel d’Opower « aligne les intérêts du client sur ceux du service public et, en général, sur ceux du gouvernement, en termes de gestion de la demande ou de diminution des émissions ou qu’il s’agisse simplement de donner aux gens les renseignements qu’ils sont en droit d’avoir », précise Moore.

Le président Obama avec le PDG et fondateur d’Opower, Daniel Yates (© AP Images)
Données sur l’énergie : Le président Obama avec le PDG et fondateur d’Opower, Daniel Yates, au bureau de la société à Arlington, Virginie (© AP Images)

Un bond vers l’avenir énergétique

« Si on donne aux gens l’occasion de communiquer en ligne parce qu’on leur propose des outils fascinants sur le portail Web du service public », poursuit Moore, on suscite l’intérêt du consommateur et on fait des économies*.

Quand les consommateurs « parlent », les sociétés écoutent.

Par exemple, les profils d’utilisation de leurs clients montrent aux compagnies d’électricité où il faudrait installer un nouveau poste électrique sur le réseau ou quel quartier gagnerait à faire l’objet d’une campagne de sensibilisation pour apprendre à utiliser moins d’énergie, et donc à  économiser de l’argent. Avec de telles données personnalisées en main, les fournisseurs peuvent envoyer des textos ou des emails quand les ressources sont à la limite de leurs capacités en période de pointe de la demande.

Opower s’efforce de rendre le réseau « plus intelligent », soit en utilisant des compteurs électroniques de haute technologie directement reliés à des bases de données, soit en enregistrant et en téléchargeant manuellement les données de compteurs électromécaniques plus anciens.

« Nous laissons certains de nos anciens systèmes utiliser les données qu’ils possèdent et passer à la vitesse supérieure question prise de décision, ajoute Moore. Certains des cadres de services publics les plus visionnaires sont dans des endroits comme l’Inde. Ils n’ont peut-être pas de compteurs intelligents pour chaque client, mais ils utilisent les compteurs qu’ils ont pour obtenir des données granulaires, et ils utilisent ces données pour prendre des décisions intelligentes. »

Pylônes à haute tension devant des montagnes (© AP Images)
Un logiciel de réseau intelligent augmente le rendement du matériel d’infrastructure, comme les pylônes à haute tension. (© AP Images)

Un modèle transformateur

« Transformer les interactions entre les services publics et leurs clients grâce aux données fournies par ces mêmes clients — comment ils utilisent l’énergie, quand ils l’utilisent et comment ils communiquent avec ces services publics — donne un aspect communautaire à ce qui est, traditionnellement, un service public », pense Moore.

Ces raffinements n’étaient pas possibles il y a quelques décennies. « Les données offrent des possibilités de transformation qui n’étaient pas à la disposition du secteur des services publics avant l’ère de l’informatique », note Moore.

Aujourd’hui, les gens envoient des tweets aux services publics sur leur performance. Moore compare cela à une mobilisation éclair : les marchés reconnaissent que les « clients, des gens ordinaires, ont une puissance extraordinaire, car la technologie de l’information leur permet d’agir en tant que communauté, comme cela n’a jamais été possible auparavant ».

 

*en anglais