Paralysé à la suite d’un accident de voiture il y a plus de dix ans, Nathan Copeland avait perdu le sens du toucher. Aujourd’hui, grâce à un bras robotisé qu’il contrôle avec son cerveau, il a retrouvé cette sensation.

C’est une première, aux frontières de la science et de la médecine, qu’on doit à des experts de l’Université de Pittsburgh*. Ils ont intégré à son cerveau des implants microscopiques, plus petits que des grains de sable, qui permettent à Nathan Copeland de bouger son bras et de ressentir des sensations. « Par moments, c’est comme une décharge électrique, et par moments, c’est comme une pression », commente-t-il*.

« Quelle histoire étonnante », s’est exclamé Barack Obama, qui est passé le voir à l’occasion d’une conférence organisée conjointement par l’université et Carnegie Mellon sur l’avenir de l’innovation. Les deux hommes ont échangé le geste amical qui est le salut fétiche du président : le fist bump. Futuriste, celui-là.

Regardez la vidéo*.

Cet article se fonde sur du contenu de l’Associated Press.

 

*en anglais