La robe d’investiture, un avant-goût du style de la Première dame [vidéo]

La robe que porte une Première dame lors de l’investiture offre quelques indices sur son sens de la mode, mais aussi sur le ton que pourrait adopter le nouveau gouvernement.

Robe de soirée ancienne, blanc cassé, brodée (Smithsonian Institution)
Cette robe en satin de soie portée par Dolley Madison est typique du style vestimentaire de la fin des années 1810. (Smithsonian Institution)

Le rôle de la Première dame n’est pas clairement défini par la loi américaine, et chaque épouse présidentielle trace sa propre voie le temps qu’elle demeure à la Maison Blanche. Traditionnellement, c’est lors des festivités d’investiture, notamment des bals officiels, que la Première dame fait ses débuts devant le pays.

En 1809, Dolley Madison, l’épouse du président James Madison, a créé un précédent au premier bal d’investiture en choisissant une tenue 100 % américaine – une robe de velours chamois et une parure de perles – au lieu des diamants que porterait une reine.

« Elle a choisi délibérément une garde-robe américaine, un style américain », correspondant à son temps et à sa culture qui étaient imprégnés de mépris pour la royauté, explique Jane Hampton Cook, écrivain et historienne présidentielle.

L’ancien mannequin Melania Trump pourrait fortement s’affirmer par le biais de la mode. Née en Slovénie, elle est la deuxième Première dame d’origine étrangère, comme l’était Louisa Adams, née à Londres. Avec elle, l’art et le glamour promettent d’être au rendez-vous à la Maison Blanche, se réjouit Jane Hampton Cook.

Une femme vêtue d’une robe blanche, en train de saluer de la main (© AP Images)
L’ancien mannequin Melania Trump devrait rendre la Maison Blanche très glamour. (© AP Images)

« Elle est dans une position unique puisqu’elle est ancien mannequin, donc elle comprend très bien la mode et comment s’en servir pour créer une certaine image », souligne Jane Hampton Cook.

Les Premières dames sont les hôtesses officielles de la présidence. Mais en marge de cette activité, beaucoup ont lancé des projets sur des thèmes spécifiques, ou promu des causes caritatives pendant qu’elles occupaient la Maison Blanche.

Pourquoi les tenues vestimentaires des Premières dames nous passionnent-elles autant ?

« Le public a un sentiment possessif à l’égard de la Première dame. Elle nous appartient, et elle nous représente ; on a donc l’impression d’être en droit de décider si ce qu’elle porte est convenable », affirme Lisa Kathleen Graddy, présidente adjointe et conservatrice de la collection Histoire politique au musée national de l’Histoire américaine, de la Smithsonian Institution.

Le musée présente une collection très populaire des robes des épouses présidentielles dans une exposition sur l’évolution du rôle de la Première dame. La coutume veut que chaque Première dame offre sa robe d’investiture au musée.

https://youtu.be/lyjlkAujzzs

« On regarde particulièrement cette robe pour avoir une idée du style qu’elle va adopter, formel, informel, tendance, classique, glamour, et de ce que ça peut vouloir dire sur celui du gouvernement », ajoute Lisa Kathleen Graddy.

Quand, en 1981, la Première dame Nancy Reagan est arrivée vêtue d’une robe d’investiture à seule épaule, glamour, ornée de perles, à un bal d’investiture où la queue-de-pie était de rigueur pour les hommes, il était clair que le gouvernement Reagan allait être plus formel que celui de Jimmy Carter, au style délibérément décontracté.

Lors du bal d’investiture, Rosalynn Carter a choisi une robe qu’elle avait déjà portée au bal pour l’investiture de son mari quand celui-ci était devenu gouverneur de l’État de Géorgie. Un geste sentimental, raconte Lisa Kathleen Graddy, que tout le monde n’a pas apprécié, à la surprise de la Première dame. Certains, en effet, auraient préféré qu’elle fasse la promotion de la mode américaine en choisissant une nouvelle tenue.

Une fillette entourée d’un homme et d’une femme (© AP Images)
La Première dame Rosalynn Carter (à gauche), aux côtés de sa fille Amy et du président Jimmy Carter lors d’un bal d’investiture en 1977 (© AP Images)

Début 2017, le musée prévoit d’écrire à Melania Trump pour lui demander une tenue afin que la Première dame soit représentée dans la collection.

« On lui rappellera que le public a une fascination sans fin pour les robes d’investiture, confie Lisa Kathleen Graddy. Quand on reçoit la tenue, on la manie avec des gants, en suivant un protocole très précis qui définit la manière dont on peut, ou non, la manipuler. C’est un trésor national une fois qu’elle est là. »

Cet article a été rédigé par la pigiste Kathleen Murphy.