La technologie transforme le secteur manufacturier des États-Unis

Des robots produisant des voitures à la chaîne (© Shutterstock)
(© Shutterstock)

Pendant des dizaines d’années, les ouvriers de Marlin Steel Wire Products ont fabriqué à la main tous les paniers en métal qu’ils produisaient. Aujourd’hui, ils utilisent des équipements de haute technologie qui automatisent les procédés de fabrication. Cette évolution a permis à l’entreprise de fabriquer de nouveaux produits et de multiplier ses ventes par huit depuis 1999.

« L’automatisation est critique », souligne Drew Greenblatt, président de Marlin Steel. « Le monde exige qualité et précision. » Les fabricants ont appris qu’ils peuvent produire les biens que réclament les marchés à condition d’avoir les bons outils.

Le cas de Marlin Steel est typique de la transition qui s’opère aux États-Unis vers la fabrication intelligente, laquelle intègre la robotique et l’automatisation. Les usines intelligentes innovent plus et elles embauchent des employés hautement qualifiés.

« L’innovation stimule la productivité. Et le pays a innové de façon spectaculaire, à la fois en développant des produits de plus grande valeur et en créant des procédés et des techniques plus efficaces pour les fabriquer », explique Justin Rose, directeur général du Boston Consulting Group, qui étudie l’évolution économique de l’industrie manufacturière dans le monde.

Au cours des 30 dernières années, la production manufacturière des États-Unis a presque doublé, rapporte le Bureau fédéral des statistiques du travail.

Graphique montrant la croissance de la production manufacturière des États-Unis (Département d’État/S. Gemeny Wilkinson)

Un exemple concret de l’innovation : les procédés avancés utilisés par Marlin Steel permettent d’effectuer 25 000 pliages de fils d’acier par heure, contre 300 lorsque les opérations sont faites à la main, note M. Greenblatt. De plus, le travail ne présente aucun danger et il est extrêmement précis.

Marlin Steel emploie du personnel qui passe maintenant plus de temps à concevoir des produits ne pouvant être créés qu’à l’aide de procédés automatisés. « Notre équipe se compose, à 20 %, d’ingénieurs au top de l’innovation — cinq brevets, et ce n’est pas fini », se félicite le président de la société.

Lisa Strama, présidente du National Center for Manufacturing Sciences, estime pour sa part que la production continuera d’augmenter à mesure que les entreprises américaines adopteront des procédés de fabrication intelligents. « Je vois beaucoup de chantiers très novateurs qui se mettent en place aux États-Unis du point de vue de la compétitivité, constate-t-elle. L’industrie, le milieu universitaire et le gouvernement s’associent pour produire ces technologies qui repoussent les limites des connaissances actuelles. »

De son côté, Jeff Burnstein, président de l’Association for Advancing Automation, souligne que les États-Unis continuent d’occuper la première place au monde en ce qui concerne le développement d’outils d’intégration de systèmes, d’intelligence artificielle, de réalité virtuelle et d’apprentissage automatique : autant d’éléments qui favorisent les améliorations dans le secteur manufacturier.

Des start-up américaines élaborent des outils destinés à une fabrication intelligente. Dans le Maryland, par exemple, Temple Allen Industries produit des équipements de ponçage qui sont utilisés dans les usines intelligentes. « En améliorant la sécurité et l’efficience du ponçage pour les travailleurs américains, nous avons pu conserver ces opérations aux États-Unis », explique Cele Bryan, directrice générale de la société.

« La plupart des installations construites aujourd’hui aux États-Unis adoptent une forme ou une autre de technologie de fabrication intelligente, fait observer M. Burnstein. Pour être compétitifs, il va falloir adopter ces technologies. De plus en plus d’entreprises s’en rendent compte. »

Cet article a été écrit par la rédactrice indépendante Linda Wang, avec la collaboration d’Emily Bowman, rédactrice attitrée.