Le football américain : le nouveau sport international ?

Le football américain attire des joueurs et des entraîneurs qui reflètent une grande diversité ethnique. Les femmes aussi commencent à être représentées dans la NFL. (© AP Images)

Quand le Super Bowl, la phase finale du championnat de football américain, passe à la télé, l’Amérique a les yeux rivés sur le petit écran. En 2015, ce match a battu tous les records d’audience dans les annales de la télévision aux USA. Mais ce sport compte aussi beaucoup de supporters à l’étranger.

L’International Federation of American Football* (IFAF) y est pour quelque chose. Fondée en 1998, elle regroupe des adhérents de 71 pays situés en Afrique, aux Amériques, en Asie, en Europe et en Océanie. Et depuis 2007, la National Football League (NFL, la ligue professionnelle de football américain) organise annuellement une série de matchs à Londres*, que se disputent des équipes américaines. En 2016, pour la troisième année consécutive, six équipes s’affronteront le temps de trois matchs. Nouveauté cette année : l’une des rencontres aura lieu dans le stade de Twickenham, le fief de l’équipe de rugby d’Angleterre. Les deux autres se dérouleront à Wembley, comme d’habitude.

Les Afro-Américains sont depuis longtemps largement représentés dans la NFL. Aujourd’hui, plus de 68 % de ses joueurs sont noirs*. Et  cette année, à l’occasion du cinquantième anniversaire du Super Bowl, la ligue peut se féliciter aussi d’avoir su attirer des athlètes de nombreux pays et de milieux ethniques variés.

Deux joueurs de football américain en train de courir sur un terrain, dans un stade bondé (© AP Images)
Le quarterback de l’équipe des Los Angeles Rams, Roman Gabriel, s’apprête à lancer le ballon à un coéquipier lors d’un match contre les Minnesota Vikings en 1969. (© AP Images)

Beaucoup parmi eux ont été élus meilleurs joueurs (Most Valuable Player – MVP, en anglais) et ont remporté le Super Bowl. Roman Gabriel, une star des années 1960 et 1970, a été couronné MVP en 1969. Ce fils d’un immigrant philippin a été le premier quarterback américain d’origine asiatique de la NFL.

Aujourd’hui âgé de 75 ans, il détient toujours la plupart des records de passe de l’équipe des Rams.

Le linebacker Dat Nguyen, un arrière défensif de l’équipe des Dallas Cowboys, a intercepté le ballon et s’apprête à le lancer à un coéquipier lors d’un match contre les Cleveland Browns en 2004. (© AP Images)

D’origine vietnamienne, Dat Nguyen est né dans un camp de réfugiés en Arkansas en 1975. Il n’avait pas le gabarit de ses coéquipiers, mais cela ne l’a pas empêché d’être un arrière défensif remarquable jusqu’à ce qu’un accident mette fin à sa carrière en 2006.

Ed Wang, de l’équipe des Buffalo Bills, lors d’un entraînement en 2011. (© AP Images)

Avançons dans le temps. Le joueur de ligne Ed Wang s’est distingué dans l’équipe de football de l’université Virginia Tech. Il a ensuite intégré successivement trois équipes de la NFL : les Buffalo Bills, les Oakland Raiders et les Philadelphia Eagles. Le premier joueur d’origine chinoise de la NFL, il fait la promotion en Chine du football américain* en salle. « On veut bâtir une ligue professionnelle de football américain en Chine. L’année prochaine, il y aura six équipes professionnelles dans notre ligue », a-t-il dit au South China Morning Post*.

Haloti Ngata, plaqueur défensif (defensive tackle) de l’équipe des Detroit Lions, souffle un moment sur la touche lors d’un match contre les Philadelphia Eagles en 2015. (© AP Images)

L’archipel des Tonga, en Océanie, n’est pas très grand, mais il est bien représenté dans les joueurs pros du football américain : plus d’une vingtaine actuellement*. Haloti Ngata a fait une brillante carrière de plaqueur défensif pendant neuf ans chez les Baltimore Ravens avant de passer dans l’équipe des Detroit Lions. Le joueur de ligne Koa Misi joue avec les Miami Dolphins depuis 2010. Le plaqueur défensif Star Lotulelei a signé un contrat avec les Carolina Panthers en 2013. Un autre joueur de l’hémisphère sud, l’Australien Jarryd Hayne, a délaissé le rugby pour devenir running back (porteur de ballon) dans l’équipe des San Francisco 49ers.

Ezekiel “Ziggy” Ansah se repose un moment pendant la phase de sélection des joueurs de la NFL, en 2013. Il sera recruté par les Detroit Lions. (© AP Images)

Le Ghanéen Ezekiel “Ziggy” Ansah est né à Accra. Excellent basketballeur et athlète sur piste à l’université, il s’initie au football américain à l’université Brigham Young. Ses performances spectaculaires comme joueur défensif seront son ticket d’entrée à la NFL.

Et bien d’autres joueurs de haut niveau viennent d’Asie, d’Europe et d’Amérique latine.

Des femmes rejoignent les rangs des entraîneurs

Jen Welter, entraîneuse par intérim de l’équipe des Arizona Cardinals, présente une stratégie à un joueur avant un match, en 2015. (© AP Images)

On le constate de plus en plus souvent : la diversité dans le monde du football américain s’étend aussi aux femmes. Récemment, les Buffalo Bills ont été la première équipe de la NFL à avoir une femme qui travaille à plein temps dans les rangs des entraîneurs. Ils ont recruté Kathryn Smith, qui faisait partie du personnel depuis longtemps. Et en 2015, les Arizona Cardinals ont choisi Jen Welter comme coach-adjointe pendant le camp d’entraînement qui précède la saison des matchs officiels.

La 50e édition du Super Bowl devrait être suivie par 180 millions de spectateurs : certains vont encourager Star Lotulelei et Ryan Kalil, des Panthers, et d’autres Von Miller et Aqib Talib, des Broncos. Mais tous manifesteront leur enthousiasme pour deux équipes multiculturelles qui font la fierté de l’Amérique.

*en anglais