Le processus de Varsovie : de nouvelles solutions à des problèmes anciens

Un grand groupe de dirigeants sur une estrade (© Michael Sohn/AP Images)
Des dirigeants de nombreux pays se sont réunis à Varsovie (Pologne) en février dernier à l’occasion d’une réunion ministérielle sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient. (© Michael Sohn/AP Images)

Alors que l’Iran a recours à la coercition pour tenter d’imposer sa vision du Moyen-Orient aux autres peuples, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a énoncé la nouvelle phase d’une initiative multilatérale visant à faire progresser la paix et la sécurité dans la région.

Plus de 80 pays ont été invités à participer au processus de Varsovie, un effort codirigé par les États-Unis et la Pologne pour faire face aux menaces actuelles à la paix et à la sécurité, et pour aborder les questions stratégiques à long terme au Moyen-Orient.

« D’Alep à Aden, de Tripoli à Téhéran, une plus grande coopération au Moyen-Orient est nécessaire plus que jamais », a déclaré le secrétaire d’État américain au Conseil de sécurité des Nations unies, le 20 août. « Nous avons besoin de nouvelles idées pour résoudre des problèmes anciens. »

Menacer la circulation dans les eaux internationales et violer les accords nucléaires font partie de la vision qu’a l’Iran de la région, alors que le processus de Varsovie propose des actions positives pour relever les nombreux défis auxquels doivent faire face les populations du Moyen-Orient. La menace iranienne fait partie de ces défis, a affirmé M. Pompeo, mais « aucun pays ne sera le sujet de ces discussions ».

Les groupes de travail du processus de Varsovie commenceront à se réunir en octobre prochain pour s’attaquer aux priorités stratégiques communes. Les groupes de travail se réuniront selon le calendrier suivant :

  • La République de Corée accueillera le groupe de travail sur la cybersécurité les 7 et 8 octobre.
  • Les États-Unis accueilleront le groupe de travail sur la protection des droits de l’Homme les 10 et 11 octobre.
  • Le Royaume de Bahreïn accueillera le groupe de travail sur la sécurité maritime et aérienne les 21 et 22 octobre.
  • La République de Pologne accueillera le groupe de travail sur la sécurité énergétique les 24 et 25 octobre.
  • La Roumanie accueillera le groupe de travail sur la prolifération des missiles les 14 et 15 novembre.

« Toutes les nations seront entendues et toutes les voix seront respectées », a assuré M. Pompeo.

Les dates et les pays d’accueil des deux derniers groupes de travail – sur les questions humanitaires et les réfugiés – seront annoncés d’ici peu.