Le respect croissant porté à Israël est un atout majeur pour le Moyen-Orient

Le secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, déclare que l’acceptation croissante d’Israël au Moyen-Orient sert les intérêts de tout le monde et qu’elle est essentielle à la prospérité de la région.

« Des pays du Moyen-Orient et du reste du monde se rendent compte à quel point Israël est pérenne », a souligné le chef de la diplomatie américaine à la conférence de l’American Israel Public Affairs Committee* (AIPAC), tenue le 2 mars à Washington. « Ils arrivent à la conclusion que plus le Moyen-Orient accepte Israël, plus leur avenir sera brillant. »

Le secrétaire d’État a mis en relief l’économie robuste d’Israël, une économie de marché innovante et qui récompense l’esprit d’entreprise.

En outre, il a salué Israël pour être un lieu où tous peuvent pratiquer leur culte librement, sans crainte ni faveur. « Une société israélienne respectueuse de toutes les croyances montre qu’il n’y a rien à craindre des minorités religieuses », a-t-il insisté.

Le haut responsable a rappelé certains gestes de soutien à Israël de la part de pays du Moyen-Orient ces dernières années, citant les exemples suivants :

  • Oman a reçu le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou en 2018.
  • L’année dernière, le Bahreïn a autorisé les journalistes israéliens à entrer sur son territoire pour la première fois depuis 1994.
  • En 2018, les Émirats arabes unis ont joué l’hymne national israélien lors d’un tournoi de judo.
  • Des représentants de ces trois pays étaient présents à la Maison Blanche quand le président Trump a présenté un plan de paix entre Israël et le peuple palestinien.

De leur côté, les États-Unis continuent de soutenir Israël, comme le démontrent leurs politiques. Ils ont officiellement reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre 2017 et y ont transféré leur ambassade, précédemment située à Tel-Aviv.

Par ailleurs, M. Pompeo a estimé que la République islamique d’Iran était, de tous les États, « celui qui encourage le plus l’antisémitisme ». Il a dénoncé les « déclarations empoisonnées » des dirigeants iraniens contre Israël, lesquelles, a-t-il dit, servent à détourner l’attention face à la corruption et à la mauvaise gestion du régime iranien lui-même. Ces déclarations, a-t-il ajouté, vont à l’encontre de la glorieuse histoire de l’Iran, pays qui a donné refuge à des juifs pendant la Shoah.

Les sanctions américaines continuent de priver le régime iranien des fonds qu’il utiliserait pour soutenir le Hezbollah et d’autres groupes terroristes déterminés à semer la violence dans tout le Moyen-Orient.

« Le monde sait que le noble peuple iranien ne déteste pas Israël, ni les juifs, ni aucun autre groupe religieux, a déclaré M. Pompeo. C’est le propre d’un régime intolérant et sectaire. »

 

*en anglais