Le secrétaire d’État Mike Pompeo en train de discuter avec le sultan Qaboos bin Saïd (Andrew Caballero-Reynolds/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d’État Mike Pompeo (à gauche) rencontre le sultan Qaboos bin Saïd. (Andrew Caballero-Reynolds/Pool Photo via AP)

Lors d’une tournée d’une semaine dans huit pays du Moyen-Orient, le secrétaire d’État Mike Pompeo a réaffirmé l’engagement de l’Amérique dans la région et encouragé vivement les partenaires et les alliés des États-Unis à combattre les activités destructrices du régime iranien.

Un solide partenariat économique et de sécurité avec Oman

Le 14 janvier, le secrétaire d’État a rencontré le sultan d’Oman Qaboos bin Saïd (ci-dessus), à Mascate, et l’a félicité pour sa capacité à créer des possibilités de dialogue sur des dossiers complexes dans les périodes difficiles, notamment la paix entre Israël et les Palestiniens. Ils ont convenu de l’importance de la collaboration de toutes les parties avec l’Envoyé spécial des Nations unies Martin Griffiths pour mettre fin au conflit au Yémen. Le secrétaire a également remercié le sultan d’avoir organisé récemment des réunions à propos des piliers économiques et énergétiques du projet de Middle East Strategic Alliance (l’alliance stratégique pour le Moyen-Orient).

Pompeo concluait à Oman une semaine de consultations avec les dirigeants de huit pays du Moyen-Orient. Sa dernière escale prévue au Koweït a été reportée afin que le secrétaire d’État puisse rejoindre sa famille pour assister à des funérailles.

Au cours son voyage, le secrétaire d’État a annoncé que les États-Unis organiseront une conférence mondiale sur la stabilité, la paix et la sécurité au Moyen-Orient les 13 et 14 février à Varsovie. La réunion « rassemblera des dizaines de pays du monde entier, d’Asie, d’Afrique, de l’hémisphère occidental, d’Europe également et du Moyen-Orient bien sûr », a expliqué M. Pompeo.

De nombreux thèmes abordés avec les dirigeants saoudiens

Le secrétaire d’État Mike Pompeo debout, regardant le roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud (Département d’État)
Le secrétaire d’État Mike Pompeo (à gauche) rencontre le roi d’Arabie saoudite, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, à Riyad, le 14 janvier. (Département d’État)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a rencontré le roi d’Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud (ci-dessus), puis le prince héritier Mohammed ben Salman, le 14 janvier à Riyad, pour discuter des liens étroits qui unissent les deux pays ainsi que des efforts du gouvernement Trump visant à instaurer la paix et la stabilité au Moyen-Orient. « Une solution politique globale est le seul moyen de mettre fin au conflit au Yémen », a déclaré M. Pompeo à la suite de ces entretiens. Le meurtre du journaliste Jamal Kashoggi a également été évoqué. M. Pompeo a rappelé que les États-Unis exigeaient que tous ceux impliqués dans cet assassinat soient tenus responsables.

À son arrivée au royaume le 13 janvier, M. Pompeo a abordé avec le ministre d’État aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir tout un éventail de questions importantes, notamment l’Iran, la Syrie, le Yémen, le Liban, la Libye et l’Afghanistan.

Cet article est mis à jour tout au long de la tournée du secrétaire d’État, du 8 au 15 janvier, au Moyen-Orient, dont la prochaine escale est à Oman puisque M. Pompeo a dû reporter sa visite au Koweït en raison d’un enterrement dans sa famille.

De nouveaux accords en matière de défense et de culture avec le Qatar

Deux hommes se serrant la main dans le cadre d’une cérémonie (Département d’État des États-Unis)
(Département d’État des États-Unis)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a rencontré plusieurs hauts responsables du Qatar le 13 janvier, notamment le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani (ci-dessus). Les dirigeants ont pris part au deuxième dialogue stratégique entre les États-Unis et le Qatar, et ont ensuite signé de nouveaux accords en matière de défense, d’éducation et de culture, notamment le développement de la présence américaine à la base aérienne d’al-Udeid, la zone principale de rassemblement des efforts de la coalition pour éliminer Daech. « Nous apprécions la volonté de votre pays à faire en sorte que la base aérienne puisse répondre aux besoins de l’armée américaine pour les prochaines décennies », a déclaré M. Pompeo.

Hommage au rôle des Émirats arabes unis au Moyen-Orient

Deux hommes assis, parlant ensemble (Département d’État des États-Unis)
(Département d’État des États-Unis)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a rencontré le prince héritier d’Abou Dabi Mohammed Ben Zayed Al Nahyan (ci-dessus) et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Cheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan. Il a exprimé la gratitude des États-Unis pour l’engagement des Émirats dans les dossiers régionaux critiques, notamment pour parvenir à une paix durable au Yémen.

M. Pompeo a remercié le prince héritier et le ministre des Affaires étrangères pour le partenariat solide entre les Émirats et les États-Unis, et a discuté avec eux des moyens de développer les liens bilatéraux entre leurs pays, notamment en matière de commerce et d’investissement.

Remerciements pour le partenariat avec Bahreïn

Mike Pompeo accueilli sur le tarmac par des dignitaires au Bahreïn (Département d’État)
(Département d’État des États-Unis)

Le 11 janvier, M. Pompeo a discuté avec les dirigeants du Bahreïn de priorités critiques, dont la lutte contre le terrorisme, le conflit au Yémen et les activités dangereuses de l’Iran.

Le secrétaire d’État a remercié le roi Hamad bin Issa Al Khalifa, le prince héritier Salman ben Hamed Al Khalifa et le ministre des Affaires étrangères Khaled ben Ahmed Al Khalifa pour le partenariat stratégique entre Bahreïn et les États-Unis, notamment pour avoir accepté d’accueillir la Cinquième flotte des États-Unis.

Ils ont parlé de la création de la Middle East Strategic Alliance (MESA) basée sur un Conseil de coopération du Golfe (CCG) uni. Le royaume de Bahreïn est le premier des six pays du CCG où s’est rendu M. Pompeo.

Visite de lieux de culte en Égypte

Des gens marchant dans l’allée centrale d’une église (Département d’État)
(Département d’État des États-Unis)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a visité la cathédrale de la Nativité de l’Église copte orthodoxe d’Égypte et la mosquée al-Fattah al-Alim au cœur de la nouvelle capitale administrative de l’Égypte.

Discours en Égypte : Les États-Unis sont « une force au service du bien au Moyen-Orient »

Mike Pompeo, à un pupitre, en train de parler (© Amr Nabil/AP Images)
(© Amr Nabil/AP Images)

Le secrétaire d’État a affirmé l’engagement de l’Amérique envers ses partenaires au Moyen-Orient, et les a exhortés à assumer davantage de responsabilités dans la lutte pour éradiquer le terrorisme islamique radical et contrer les activités malveillantes de l’Iran.

Lors d’un important discours à l’Université américaine du Caire, le 10 janvier, M. Pompeo a affirmé que l’approche du gouvernement Trump renforçait ces partenariats.

Les États-Unis ont toujours été « une force au service du bien au Moyen-Orient », a-t-il souligné.

« Notre but est de collaborer avec nos amis et de nous opposer vigoureusement à nos ennemis, parce qu’un Moyen-Orient fort d’une économie dynamique est dans notre intérêt national ainsi que dans le vôtre », a-t-il assuré.

Les États-Unis vont rapatrier leurs troupes de Syrie, mais « il ne s’agit pas d’un changement de mission », a-t-il prévenu. « Nous restons attachés au démantèlement complet de la menace posée par Daech et au combat actuel contre le terrorisme islamiste radical. (…) Nous attendons de nos partenaires qu’ils en fassent davantage à l’avenir. »

« Nous demandons à chaque nation pacifique du Moyen-Orient d’assumer de nouvelles responsabilités afin de vaincre l’extrémisme islamique partout où il se trouve », a-t-il ajouté.

« Les nations du Moyen-Orient ne pourront jamais vivre en sécurité, jouir de la stabilité économique ou répondre aux aspirations de leurs peuples si le régime révolutionnaire iranien persiste sur la voie actuelle », a martelé le chef de la diplomatie américaine.

Plus tôt au cours de sa tournée, M. Pompeo s’est entretenu avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Il a rappelé l’engagement des États-Unis envers leur partenariat stratégique et a remercié M. al-Sissi pour son leadership en faveur de la tolérance religieuse. Il a également mis l’accent sur l’importance de protéger les droits de l’Homme.

Soutien ferme à l’Irak

Deux hommes assis à une table basse, en train de parler (© Andrew Caballero-Reynolds/AP Images)
(© Andrew Caballero-Reynolds/AP Images)

Le secrétaire d’État a effectué une visite surprise à Bagdad, le 9 janvier, où il s’est entretenu avec le Premier ministre Adel Abdul-Mahdi (ci-dessus) et d’autres hauts représentants irakiens. M. Pompeo a exprimé son soutien aux nouveaux efforts du gouvernement visant à apporter la stabilité, la sécurité et la prospérité à tous les Irakiens. Il a mis l’accent sur l’engagement continu des États-Unis à collaborer avec les forces de sécurité irakiennes pour assurer une défaite définitive de Daech à travers toute la région.

Partenariat stratégique durable avec la Jordanie

Deux hommes debout derrière des pupitres (Département d’État/Ron Pryzsucha)
(Département d’État/Ron Pryzsucha)

Le 8 janvier, M. Pompeo a fait une première escale à Amman, en Jordanie, où il a rencontré le roi Abdallah II de Jordanie et loué ses qualités de dirigeant. « Votre pays joue un rôle essentiel pour la sécurité et la stabilité de la région, notamment grâce à ses efforts pour apporter une résolution pacifique au conflit syrien, pour lutter contre l’expansion du terrorisme islamique radical et pour contrer les activités malveillantes du régime iranien », a déclaré M. Pompeo. Il s’est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères Ayman Safadi (ci-dessus).

« Notre engagement à soutenir la stabilité au Moyen-Orient est toujours vigoureux », a indiqué le secrétaire d’État à la presse au départ de sa tournée au Moyen-Orient.