L’élimination des barrières économiques pour les femmes développe les économies

Des dizaines de personnes assises à des tables disposées en U (Département d’État/Freddie Everett)
Le secrétaire d’État Michael Pompeo, la conseillère à la Maison Blanche Ivanka Trump et d’autres personnes réunies au département d’État, le 12 février. (Département d’État/Freddie Everett)

Une initiative de la Maison Blanche vise à toucher 50 millions de femmes dans le monde en développement d’ici 2025.

« Nous pouvons nous employer à favoriser l’autonomisation de millions de femmes pour les aider à sortir leur famille de la pauvreté, à développer les économies de leur pays, à réduire la dépendance et à réaliser la promesse d’une plus grande paix et une plus grande prospérité », a déclaré Ivanka Trump, conseillère à la Maison Blanche, le 12 février, à l’occasion du premier anniversaire du lancement de l’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde* (W-GDP).

Depuis son lancement, 12 millions de femmes ont bénéficié de cette initiative – et leur nombre devrait augmenter, a ajouté Mme Trump au département d’État des États-Unis.

Infographie avec une citation d’Ivanka Trump concernant l’autonomisation des femmes entrepreneures (Département d’État/Helen Efrem)

L’initiative accroît les possibilités de formation et d’accès à l’entrepreneuriat pour les femmes sur les marchés émergents grâce à des partenariats publics-privés. En outre, elle s’attaque aux restrictions juridiques et sociétales qui empêchent les femmes de participer à l’économie de leur pays, par exemple lorsqu’elles n’ont pas droit d’être propriétaires ni de travailler aux mêmes postes et dans les mêmes secteurs que les hommes.

Faisant suite à des discussions de haut niveau avec la Maison Blanche et Mme Trump, deux pays – la Côte d’Ivoire et le Maroc – ont modifié des lois qui interdisaient aux femmes d’être propriétaires de biens ou de terrain. Mais il reste 75 pays dont les lois n’autorisent pas les femmes à être propriétaires de biens, à les gérer ou à en hériter.

Pour aborder ces dossiers, le secrétaire d’État, Michael Pompeo a annoncé la création d’une division du département d’État consacrée à cette initiative, sous la direction de Kelley Currie, ambassadrice itinérante pour les questions relatives aux femmes dans le monde.

« Le besoin d’une initiative telle que la W-GDP est clair et urgent. Trop d’obstacles empêchent les femmes d’avoir accès à des débouchés professionnels dans bien trop de régions du monde », a déclaré M. Pompeo.

Gros plan de Mike Pompeo avec une citation sur les accomplissements des femmes (Département d’État/Ron Przysucha)

 

*en anglais