Les artisans est-africains sur le marché mondial grâce à une société d’Oregon

Swahili African Modern est une entreprise américaine qui vend des objets d’artisanat africain – y compris de décor intérieur, des jouets et des accessoires de toutes sortes dans des magasins du monde entier. Elle veut maintenant trouver de nouveaux fournisseurs en Afrique de l’Est.

D’où la tournée de quatre jours effectuée en novembre par sa fondatrice, Leslie Mittelberg, en Éthiopie, au Kenya et au Rwanda dans le cadre d’un programme de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), intitulé East Africa Trade and Investment Hub et qui sert de pôle pour le commerce et les investissements dans la région.

Man holding basket speaking to women gathered (Swahili African Modern)
Deux représentants de l’USAID (au centre) montrent des paniers et discutent de la stratégie des prix avec des Rwandaises qui aimeraient faire des affaires avec des entreprises américaines. (Swahili African Modern)

À la fin de sa visite, Leslie Mittelberg avait noué déjà des liens avec 12 entreprises et établi une liste de quelque 120 produits qu’elle a l’intention de se procurer pour sa société basée à Portland, dans l’Oregon. Elle prévoit de débourser environ 100 000 dollars pour ces nouvelles commandes. « On a vu une telle créativité et tant de talents mêlés à un esprit si industrieux que les possibilités d’approvisionnement sont infinies », a déclaré la fondatrice de Swahili African Modern.

Le pôle, financé par l’USAID, vise à promouvoir les échanges commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique de l’Est ainsi que les investissements dans la région, par le biais de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), la loi américaine sur la croissance et les possibilités en Afrique. Le centre organise des foires commerciales où les fournisseurs peuvent rencontrer les acheteurs et il aide les entrepreneurs est-africains à exporter leurs produits d’artisanat. Le pôle couvre huit pays : Burundi, Éthiopie, Kenya, Madagascar, Maurice, Ouganda, Rwanda et Tanzanie. D’autres centres de promotion du commerce sont axés sur l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe.

Ce programme, créé il y a trois ans, fait fond sur les objectifs du président Trump pour la promotion des échanges commerciaux avec l’Afrique et pour les investissements sur le continent. L’Afrique « possède un potentiel extraordinaire pour les affaires et représente une gamme énorme de différents marchés », a déclaré M. Trump en septembre. « Et pour les entreprises américaines, c’est vraiment devenu l’endroit par excellence où elles doivent se rendre – où elles veulent se rendre. »

L’East Africa Trade and Investment Hub a produit des résultats remarquables : c’est en partie grâce à lui que les exportations dans le cadre de l’AGOA ont pu atteindre 284 millions de dollars depuis le lancement de ce programme. Il a en outre créé plus de 38 000 emplois dans les pays visés.

Two women looking at African products arranged for display (Swahili African Modern)
Leslie Mittelberg, la fondatrice de Swahili African Modern (à droite), évalue la qualité des produits de l’entreprise Inzuki Designs, qui est basée à Kigali, avec la collaboration d’une responsable de l’USAID (à gauche). (Swahili African Modern)

Depuis que Leslie Mittelberg a fondé Swahili African Modern, il y a plus de vingt ans, elle a forgé des partenariats avec des entreprises de 14 pays africains. Sa société assume la responsabilité pour l’acheminement de la marchandise et adhère à plusieurs principes du commerce équitable, y compris des rémunérations justes et ponctuelles, des conditions de travail sûres et la création d’opportunités pour les artisans marginalisés sur le plan économique et social.

Ces partenariats représentent non seulement un moyen pour les artisans qui le désirent de vendre leurs produits au-delà des marchés locaux, mais aussi un outil d’autonomisation pour les Africaines des régions rurales. Elles peuvent ainsi gagner de l’argent en travaillant chez elles, ce qui leur permet de continuer à vaquer à leurs tâches ménagères. Swahili African Modern laisse aux artisans le choix de créer ce qu’ils veulent, en fonction de leurs talents – et Leslie Mittelberg est toujours à la recherche de nouveaux talents.

Lors de son déplacement de novembre en Afrique, Leslie Mittelberg a visité Songa Designs International, une entreprise qui embauche des femmes au Rwanda pour fabriquer des sacs écolos et d’autres produits à base de matériaux naturels. Maintenant, l’entreprise attend de savoir si Leslie Mittelberg leur commandera de la vannerie. Quoi qu’il advienne, la rencontre a eu pour effet d’accroître la motivation des artisanes de Songa.

« Elles ont compris l’énorme opportunité commerciale devant elles et étaient plus que jamais motivées à créer un partenariat durable qui leur fournira une possibilité réelle d’élargir leurs entreprises avec de nouvelles sources de revenus durables », a noté Sarah Sternberg, la fondatrice de Songa.

Cet article a été écrit par la rédactrice indépendante Lenore T. Adkins.