Comment réduire les gaz à effet de serre, responsables du changement climatique*, quand la demande en électricité bat tous les records dans la majorité des pays en développement ?

La réponse : les énergies renouvelables, puisqu’elles émettent beaucoup moins de CO2 que les combustibles fossiles traditionnellement utilisés. Pourtant, certains affirment que l’énergie solaire ou éolienne coûte trop cher.

Mais c’est loin d’être le cas. L’innovation et la recherche ont permis de réduire le coût de production de beaucoup d’énergies renouvelables. Elles ne coûtent maintenant pas plus que les énergies fossiles. Elles reviennent même parfois à moins cher.

Jusqu’où ira cette baisse ?

Les coûts ont baissé d’au moins 29 % à 65 %, d’après l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena). Cette baisse concerne les installations de systèmes de production d’énergie solaire en grande quantité au cours des quatre dernières années (selon les endroits). Les prix de l’énergie éolienne terrestre sont maintenant comparables à celui des énergies fossiles, voire inférieurs. Et la technologie de l’énergie hydraulique renouvelable permet de produire de l’électricité la moins chère de toutes.

EnergyCosts_French
(Département d’État /Julia Maruszewski)

« Des décennies de recherches menées par le gouvernement et le secteur privé ont permis de réduire les coûts des énergies renouvelables, les rendant plus compétitifs que jamais », a expliqué Lynn Orr, sous-secrétaire au département de l’Énergie des États-Unis. « Nous nous souviendrons de cette période comme de celle d’une rapide accélération dans la transition des systèmes énergétiques d’aujourd’hui aux sources faibles en émission de carbone de l’avenir. »

Des énergies renouvelables abordables contribueront à une amélioration de la qualité de l’air et à une sécurité énergétique renforcée, a précisé Cédric Philibert, analyste principal à l’Agence internationale de l’énergie. Leurs coûts de plus en plus faibles aideront les gouvernements à réaliser les objectifs de réduction de carbone qu’ils se sont fixés à l’approche de la COP21, la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre. Ce qui a déjà considérablement changé le ton de la conversation sur le changement climatique, a-t-il ajouté.

 

*en anglais