Les États-Unis et l’Inde ont des visions complémentaires pour la zone indopacifique

Le drapeau américain et le drapeau indien juxtaposés (© Shutterstock)
(@ Shutterstock)

Les États-Unis et l’Inde partagent des valeurs communes qui sont cruciales pour le succès de la zone indopacifique, a souligné John Sullivan lors de sa visite en Inde.

« Notre engagement en faveur de la démocratie, de l’État de droit, des libertés de religion et d’expression » constitue des valeurs fondamentales qui sont importantes pour nos deux pays, a déclaré le secrétaire d’État adjoint lors du forum Inde-États-Unis, qui s’est tenu à New Delhi le 16 août.

Au cours de son déplacement de quatre jours en Inde, M. Sullivan a également rencontré le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, et Vijay Gokhale, un haut responsable de la diplomatie indienne. Il s’est aussi rendu à Agra (État de l’Uttar Pradesh) pour visiter le célèbre Taj Mahal.

La visite du secrétaire d’État adjoint en Inde coïncidait avec le 72e anniversaire de leur jour de l’Indépendance du pays.

« Les États-Unis et l’Inde sont de grandes démocraties, des puissances mondiales et de bons amis », a déclaré le secrétaire d’État, Mike Pompeo, dans un communiqué* de presse du 14 août. « Nous coopérons maintenant sur une multitude de questions importantes, telles que la défense et la lutte contre le terrorisme, la liberté de navigation et les sciences de pointe, y compris celles de l’espace. »

Au forum Inde-États-Unis, M. Sullivan a mis en doute les réelles intentions des récents efforts de développement de la Chine. « En dépit de ce que prétend la Chine, ses politiques et ses actions cherchent à restructurer la zone indopacifique pour faire progresser ses propres intérêts », a-t-il dénoncé.

M. Sullivan a souligné que « la vitalité du partenariat indo-américain est un facteur de la plus haute importance et qui déterminera si la Chine parviendra à remodeler l’Asie pour parvenir à ses fins ».

Le secrétaire d’État adjoint a déclaré que les États-Unis soutiennent les efforts de l’Inde visant à mettre en œuvre des réformes significatives propres à accroître le développement d’infrastructures et à libéraliser le commerce.

M. Sullivan a rappelé que l’approche des États-Unis repose sur le secteur privé. Il a notamment mentionné l’U.S. International Development Finance Corporation (DFC), un nouvel organisme qui sera lancé dans quelques mois et qui aidera les entreprises américaines à investir sur les marchés émergents du monde entier, une façon de protéger les pays contre le risque du piège de la dette. M. Sullivan travaillera en collaboration avec le secrétaire d’État Mike Pompeo pour présider le conseil d’administration de la DFC.

 

*en anglais