Les États-Unis investissent des milliards en Amérique latine

Pont à haubans enjambant un fleuve (© R.M. Nunes/Alamy)
Photo du pont Octavio Frias de Oliveira, communément appelé Ponte Estaiada, à Sao Paulo. Le Brésil est l’un des pays dans lesquels le gouvernement américain compte investir. (© R.M. Nunes/Alamy)

Le gouvernement des États-Unis et le secteur privé américain continuent d’investir en Amérique latine, ce qui a pour effet de stimuler la croissance économique de nombreux pays.

Les secteurs privé et public américains restent le premier partenaire commercial des Amériques, en particulier de l’Amérique centrale et du Sud. Dans le cadre de son initiative América Crece, le gouvernement américain crée des partenariats avec des gouvernements de la région dont le but est d’inciter le secteur privé à investir dans les infrastructures de toute la région, notamment dans les secteurs de l’énergie, des transports et des télécommunications.

Les échanges commerciaux entre les États-Unis et les Amériques se chiffrent à près de 2 000 milliards de dollars par an, indique Michael Kozak, secrétaire d’État adjoint par intérim pour les affaires de l’hémisphère occidental.

« Nous soutenons l’esprit d’entreprise et la libre entreprise. Nous sommes partisans de la transparence et de l’octroi des marchés publics au meilleur soumissionnaire », a déclaré M. Kozak le 1er septembre. « Et nous attendons de nos investisseurs qu’ils respectent les lois contre la corruption ainsi que sur les normes de travail, la sécurité des travailleurs et l’environnement. Tous les pays ne peuvent pas en dire autant. »

Depuis le lancement de l’initiative en 2018, suivi de son élargissement en 2019, dix pays ont signé des accords avec les États-Unis, y compris récemment le Salvador, l’Équateur, le Brésil, le Honduras et la Bolivie.

Pour soutenir les efforts déployés dans le cadre d’América Crece, l’U.S. International Development Finance Corporation (DFC) vient d’annoncer son intention de catalyser jusqu’à 2 milliards de dollars d’investissements au Honduras et au Guatemala. Ce financement permettra de renforcer les infrastructures critiques et de soutenir les petites entreprises au Honduras* ainsi que des projets de développement au Guatemala.

La DFC prévoit d’investir plus de 12 milliards de dollars dans toute l’Amérique centrale au cours des cinq prochaines années, a précisé M. Kozak.

Et ces investissements revêtent une importance particulière à l’ère de la COVID-19 parce que les pays ont besoin de redresser leur économie à long terme.

Dans le cadre d’América Crece, les États-Unis ont mis en place un programme visant à faciliter les échanges techniques bilatéraux sur des sujets économiques.

Les États-Unis ont conduit une délégation technique en Équateur sur la confidentialité des données, au Pérou sur la passation de marchés publics dans le domaine des infrastructures, et au Pérou et en Colombie sur l’économie numérique et la sécurité des réseaux 5G.

Toujours dans le cadre de cette initiative, les États-Unis ont également organisé un séminaire sur la cybersécurité dans le secteur de l’électricité au Panama ainsi qu’une table ronde sur la diversification et la résilience énergétiques dans les Caraïbes afin de stimuler davantage d’investissements dans cette région.

Les États-Unis ont conclu un partenariat avec l’Argentine pour soutenir la sécurité offshore et la gouvernance de même qu’avec le Pérou pour soutenir le développement durable des ressources minérales énergétiques conformément aux meilleures pratiques internationales.

La DFC a renforcé ses programmes d’investissement en faveur de l’autonomisation économique des femmes dans la région, dépassant son objectif initial de 500 millions de dollars et s’engageant à en catalyser 500 millions de plus.

En décembre 2019, les États-Unis ont élargi leur partenariat « connectivité numérique et cybersécurité » en consacrant 10 millions de dollars à l’Amérique latine et aux Caraïbes. Ce partenariat vise à promouvoir un internet ouvert, fiable, interopérable et sûr dans le monde entier.

« Les États-Unis demeureront le partenaire de choix qui aide la région à surmonter ces temps difficiles, a déclaré M. Kozak, mais COVID ou pas, la croissance est la condition essentielle pour cimenter les institutions démocratiques et compléter la vision de l’hémisphère de la liberté. »

 

*en anglais