Les États-Unis lancent une nouvelle stratégie de lutte contre la pêche illicite

La garde côtière des États-Unis prend la tête d’une initiative mondiale visant à mettre fin à la pêche illicite, laquelle nuit aux écosystèmes et met en danger le gagne-pain des populations et les économies de pays du monde entier.

Dans la nouvelle stratégie*, la garde côtière américaine déclare que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) a remplacé la piraterie en tête de liste des menaces à la sécurité maritime. La stratégie énonce une approche plus coopérative et plus efficace des mesures d’application de la loi.

La pêche INN est faite de pratiques malhonnêtes, tant en haute mer que dans les zones sous juridictions nationales. Elle met en danger la sécurité et la prospérité mondiales et sape l’ordre fondé sur les règles, en particulier à l’heure où la demande de poisson, source de protéine, ne fait qu’augmenter.

« Si la pêche INN continue en toute liberté, on peut s’attendre à la détérioration des États côtiers fragiles et à des tensions accrues entre les pays pratiquant la pêche à l’étranger, ce qui menace la stabilité géopolitique du monde entier », déclare l’amiral Karl Schultz, commandant de la garde côtière des États-Unis, dans le document énonçant la nouvelle stratégie rendue publique le 17 septembre.

Un groupe de personnes en uniforme à bord d’une navette s’approchant d’un autre bateau (U.S. Coast Guard)
Une vedette de la garde côtière des États-Unis effectue une patrouille dans l’océan Pacifique dans le cadre d’initiatives menées conjointement avec des partenaires internationaux afin de décourager la pêche illicite. (U.S. Coast Guard)

Pour l’exécution de la nouvelle stratégie, la garde côtière améliorera ses méthodes de lutte utilisées de longue date contre la pêche illicite en suivant une approche plus ciblée et fondée sur le renseignement. Elle va également accroître la coopération internationale afin de donner au reste du monde l’exemple d’un bon comportement maritime.

La pêche INN menace les moyens de subsistance de plus de 3 milliards de personnes dans le monde pour qui les stocks halieutiques sont source de revenus et de nourriture. Les prises illicites représentent 26 millions de tonnes par an et se traduisent par des pertes de dizaines de milliards de dollars pour la pêche légale, d’après le document de stratégie de la garde côtière.

« Les pays prédateurs et irresponsables qui ferment les yeux sur la pêche INN faussent les marchés avec des politiques économiques agressives, sapent les démocraties libres et ouvertes, compromettent la sécurité et la prospérité, et déstabilisent les pays à risque dans le monde entier », indique le documednt.

Exemple : les flottes de pêche massives de la République populaire de Chine, comme celle repérée récemment à proximité des écosystèmes diversifiés des îles Galapagos, en Équateur, ont menacé les zones de pêche et l’environnement d’autres pays.

Les mesures déployées par la garde côtière sont au premier plan de la lutte menée par le gouvernement américain contre la pêche INN. L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) investit plus de 33 millions de dollars par an pour soutenir la pêche durable dans une quinzaine de pays à travers le monde. Les financements de l’USAID ont aidé des pêcheurs légitimes à obtenir du matériel de surveillance pour prouver que leurs prises sont légales et peuvent donc être vendues sur les marchés internationaux.

La stratégie de la garde côtière préconise d’aider les pays partenaires à mettre fin à la pêche INN dans tout l’hémisphère occidental et le Pacifique Sud, en Océanie, dans le Pacifique Nord et autour des pays insulaires du Pacifique ainsi que dans les zones côtières de l’Afrique.

En outre, les États-Unis vont améliorer le partage des renseignements avec des pays partenaires, y compris le Canada, le Japon et la Corée du Sud. Ils vont également rendre publiques toutes les activités de pêche illicite afin que les mauvais acteurs en soient tenus responsables.

« Il est ici question de nations souveraines qui protègent leur PIB, qui protègent leurs moyens de subsistance », a souligné l’amiral Schultz lors d’une table ronde sur la nouvelle stratégie tenue le 17 septembre au Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), à Washington. « La pêche INN menace la capacité d’un pays hôte à protéger et à sauvegarder ses ressources, c’est-à-dire à assurer un approvisionnement alimentaire durable. »

 

*en anglais