Les faux médicaments, un fléau pour la santé mondiale

Trois policiers en tenue de C.R.S. devant une pharmacie et à côté d'un étalage de guitares et divers objets (© AP Images)
Les autorités mexicaines ont fait des raids sur des pharmacies pour saisir des produits contrefaits et des médicaments de mauvaise qualité. (© AP Images)

Les importantes percées effectuées dans le domaine de la santé pourraient être compromises par la dissémination de médicaments contrefaits et de qualité inférieure dans les pharmacies du monde entier.

Grâce à des médicaments novateurs, on a pu sauver la vie de nombreux patients atteints du VIH/SIDA, du palu et de la tuberculose. Mais lorsque l’infection entre en contact avec un médicament contrefait, c’est la maladie qui risque de mettre le patient KO.

« La pandémie de médicaments falsifiés et de mauvaise qualité  est omniprésente et sous-estimée, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où le cadre réglementaire est fragile, voire inexistant »,  explique Jim Herrington, co-rédacteur d’une édition spéciale de l’American Journal of Tropical Medicine and Hygiene*, entièrement consacrée à ce problème.

Des scientifiques ont inspecté près de 17 000 échantillons de médicaments. Objectif : vérifier leur qualité et le respect des spécifications légitimes stipulées par les fabricants au sujet des ingrédients du médicament. Résultat : dans le meilleur des cas, suivant la gamme de médicaments testés, ils ont trouvé 9 % de contrefaçons ou de médicaments de qualité inférieure ; dans le pire de cas, 41 %.

Une femme, assise devant une étagère de médicaments, vérifie ce qui est écrit sur une tablette de pilules, tout en tenant une boîte de médicaments dans l’autre main. (© AP Images)
Une employée du ministère péruvien de la santé dresse un inventaire de médicaments contrefaits, confisqués dans une pharmacie de Lima en 2012. (© AP Images)

Les chercheurs font état d’un cas, en 2013, où plus de 122 000 enfants africains ont succombé au paludisme après avoir été soignés avec de faux médicaments.

Et la résistance de la tuberculose à des médicaments efficaces dans le passé pourrait être due à l’usage de médicaments de mauvaise qualité, qui auraient aidé la bactérie responsable de cette infection à développer de nouvelles défenses contre les médicaments.

Voici des mesures proposées par la publication pour répondre à ce fléau :

• Une structure internationale qui interdit les contrefaçons pharmaceutiques et établit une chaîne d’approvisionnement mondiale* fiable pour la distribution pharmaceutique.

• Des outils qui permettent aux médecins de détecter les mauvais médicaments, comme le petit détecteur de contrefaçon* développé par la FDA (Administration américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques) et le papier-test, traité chimiquement, qui change de couleur* lorsqu’il est frotté avec un médicament anti-palu de qualité inférieure.

Les mauvais médicaments ne sont pas les seuls produits contrefaits disséminés sur le marché mondial. Pourtant, leur coût – aussi bien pour les consommateurs que les fabricants – est énorme.

 

*en anglais