Les producteurs agricoles américains lorgnent le marché indien

Vice-président de la société agro-alimentaire Premium Peanut en Géorgie, Lee Taylor s’est récemment rendu en Inde pour en savoir plus sur le marché national de ce pays. « Tous les gens qu’on a rencontrés étaient impatients de savoir comment ils pouvaient importer davantage de produits américains », a-t-il déclaré.

Les exportations agricoles des États-Unis vers l’Inde ont enregistré une hausse de près de 250 % au cours des dix dernières années. Les entreprises américaines, comme celle de Lee Taylor, ont hâte de tirer parti de cet intérêt croissant.

En Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde, la classe moyenne prend de plus en plus d’ampleur. Les revenus des consommateurs augmentent aussi, ce qui accroît la demande d’aliments de qualité. Or les États-Unis sont le plus grand exportateur de produits alimentaires au monde.  Les agriculteurs américains assurent un approvisionnement alimentaire sûr et constant à leurs clients dans le monde entier.

Des gens dans une rue bordée de petits commerces à Mumbai, en Inde (Shutterstock)
(Shutterstock)

En octobre 2017, plus d’une cinquantaine de patrons d’exploitations agricoles et d’entreprises agroalimentaires, dont Lee Taylor, ont effectué une tournée de cinq jours à New Delhi et à Mumbai (ci-dessus), à la recherche de nouveaux accords de commerce.

Les ventes de produits agricoles américains à l’Inde – principalement des fruits à coque, du coton, des aliments préparés ainsi que des fruits frais ou transformés – se sont élevées à près de 1,3 milliard de dollars en 2016.

Des réunions d’affaires

Quelque 650 rencontres en personne ont eu lieu entre les Américains et leurs homologues indiens. Les Américains se sont entretenus avec des représentants de plus de 150 entreprises indiennes, un record pour l’U.S. Foreign Agricultural Service, organisateur de leur séjour. Des clients potentiels au Bangladesh et au Sri Lanka ont également pris part aux réunions.

« La réponse a été tout simplement extraordinaire – chaleureuse et accueillante à tous les niveaux », s’est félicité Ted McKinney, un responsable de l’U.S. Foreign Agricultural Service et le chef de la délégation américaine.

« Certains de nos délégués voulaient savoir comment nouer des relations d’affaires ici, tandis que d’autres cherchaient des moyens de renforcer leurs échanges commerciaux déjà en cours. Et je pense qu’en conclusion, on avait tous l’impression qu’il y avait là d’excellentes opportunités pour faire du commerce », a souligné McKinney.

« Le renforcement de nos liens économiques entraînerait nécessairement un engagement des États-Unis plus vaste, plus profond et plus durable envers l’Inde et le bassin Indo-Pacifique. »
Kenneth I. Juster, ambassadeur des États-Unis en Inde
New Delhi, le 11 janvier 2018

L’offre et la demande

De retour chez lui en Géorgie, Lee Taylor a expliqué qu’il collaborait déjà avec des clients rencontrés lors de son déplacement et espérait commencer à exporter de l’huile d’arachide vers la fin de 2018.

Pour Graham Lacerte, de l’entreprise Pacific Valley Foods à Bellevue, dans l’État de Washington, nouer des relations avec des clients potentiels était un objectif clé de sa participation à la tournée en Inde. « Nous y sommes allés pour avoir une meilleure idée des produits alimentaires qu’ils désiraient et apprendre comment ajuster nos services aux besoins des acheteurs. De leur côté, ils se sont montrés très ouverts et francs avec nous sur les produits qui seraient populaires, ou non, sur leur marché. »

Graham Lacerte a précisé qu’il poursuivait actuellement plusieurs contrats de ventes potentiels. « Nous sommes convaincus que nous pourrons leur fournir les produits dont ils ont besoin. »

Une mission commerciale en Inde, sous l’égide du département de l’Agriculture des États-Unis, jette les bases du développement à long terme des exportations américaines dans ce pays.