Les serres de l’espoir

En Albanie, les collines du village de Goriçan se sont progressivement parsemées de serres. Il est désormais possible de produire des légumes toute l’année grâce aux agriculteurs entreprenants qui ont investi dans ces installations.

Mystehak Goga, 68 ans, qui vit dans ce petit village, fait partie de ces agriculteurs audacieux.

Un homme à l’intérieur d’une serre (Hung Vu/USAID)
Mystehak Goga. (Hung Vo/USAID)

M. Goga a vécu la plus grande partie de sa vie sous le communisme, à une période où l’Albanie était le pays le plus isolé d’Europe.

Il a étudié le génie agricole au lycée, mais comme son père a refusé de joindre la coopérative agricole, M. Goga n’a pas eu le droit d’aller à l’université. Alors il a travaillé pour la compagnie des eaux, mais sans jamais abandonner ses rêves de carrière.

Avec la chute du communisme, la vie lui donne une seconde chance. En 1993, il devient cultivateur de tomates et investit dans la serriculture sur un terrain de 0,2 hectare. Voyant un agriculteur de la région voisine utiliser les serres, il décide de faire de même à Goriçan. Aujourd’hui, c’est la région d’Albanie où il y a le plus de cultures sous serres.

« Au début, on a eu beaucoup de mal avec ce business parce qu’on n’avait pas les connaissances nécessaires ni les compétences en marketing », se souvient M. Goga.

Des serres à côté d’une rivière dans la campagne, des montagnes à l’horizon (Hung Vu/USAID)
Niché dans une chaîne de montagne, Goriçan jouit d’un microclimat spécial où les températures ne descendent jamais très bas. (Hung Vu/USAID)

La production de M. Goga s’est développée grâce à une subvention de l’USAID qui a servi à goudronner une route, permettant ainsi aux agriculteurs de connecter leurs terres, d’améliorer la rentabilité et de réduire les frais de transport. M. Goga et d’autres agriculteurs ont pu étendre leurs serres de 3 à 100 hectares en quelques années seulement.

M. Goga s’est rendu en Macédoine, au Kosovo, en Hongrie et dans d’autres pays pour apprendre tous les rouages du métier, notamment les nouvelles techniques d’irrigation, des stratégies de marketing et comment exporter les produits dans la région.

Avec l’aide de l’USAID, M. Goga a également formé Hortigor, la première association agricole d’Albanie, et en est devenu son président. Hortigor est maintenant propriétaire de 80 hectares de serres à Goriçan. D’autres agriculteurs ont suivi le même chemin, et la région de Kalmeti est maintenant couverte d’environ 500 hectares de serres.

« Le but, pour moi et pour les autres qui se lancent dans les affaires, est d’investir et de léguer notre contribution à la future génération et à leurs enfants. J’espère que mes enfants et mes petits-enfants continueront sur cette même voie », déclare M. Goga.

Extraits d’un article* publié sur le site de l’USAID/Exposure.

 

*en anglais