L’ONU durcit ses sanctions contre la Corée du Nord

Des gens assis autour d’une table circulaire (© AP Images)
Le Conseil de sécurité des Nations unies approuve à l’issue d’un vote une résolution imposant de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. (© AP Images)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé à l’unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord suite au sixième essai nucléaire effectué par ce pays, le 3 septembre.

« Aujourd’hui, nous disons que le monde n’acceptera jamais une Corée du Nord nucléarisée. Et aujourd’hui, le Conseil de sécurité dit que si le régime nord-coréen n’arrête pas son programme nucléaire, nous agirons nous-mêmes pour y mettre fin », a déclaré l’ambassadrice Nikki Haley, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, à l’issue du vote, le 11 septembre.

La résolution interdit à la Corée du Nord d’importer du gaz naturel liquéfié (GNL). Elle prohibe aussi toutes les exportations de produits textiles vers ce pays et interdit à tous les États d’accorder de nouveaux permis de travail à des Nord-Coréens – deux sources principales de devises pour ce pays d’Asie du nord-est.

Elle plafonne les importations de brut par Pyongyang au niveau des douze derniers mois et limite les importations de produits pétroliers raffinés à 2 millions de barils par an.

Nikki Haley seated at desk with microphone (© AP Images)
Les nouvelles sanctions « nous donnent une bien meilleure chance de mettre fin à la capacité du régime d’alimenter et de financer ses programmes nucléaires et de missiles », a déclaré Nikki Haley. (© AP Images)

D’autres pays se sont associés aux États-Unis pour condamner l’activité nucléaire de la Corée du Nord. Le représentant de la Chine auprès des Nations unies, l’ambassadeur Liu Jieyi, a déclaré que « la Chine a toujours été  acquise à l’objectif de la dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

En visite à Séoul, en Corée du Sud, le ministre égyptien de la Défense a annoncé que son pays avait rompu ses liens militaires avec la Corée du Nord.

Avant le vote de l’ONU, le Mexique a expulsé l’ambassadeur nord-coréen pour signifier son « opposition absolue » à la récente activité nucléaire de la Corée du Nord. De même, le ministre péruvien des Affaires étrangères a donné à l’ambassadeur nord-coréen cinq jours pour quitter le pays, insistant sur l’« application stricte » des résolutions du Conseil de sécurité.

« Nous en avons fini d’essayer de pousser le régime à bien agir. Nous agissons maintenant pour l’empêcher d’avoir la capacité de continuer à mal agir », a martelé Nikki Haley.

 

Cet article se fonde sur des dépêches de l’Associated Press.