L’hiver dernier – et c’était une première – l’Ukraine a importé plus de gaz naturel d’Europe que de Russie.

Jusqu’à la Révolution de la dignité en Ukraine en 2013-2014, la Russie était le fournisseur d’au moins la moitié du gaz naturel* consommé par les Ukrainiens. Des subventions importantes, des prix artificiellement bas et des contrats douteux avec Gazprom (la société publique russe de production de gaz) ont créé des distorsions sur le marché, entravé la production nationale et permis à la corruption de s’immiscer, selon Olga Bielkova, directrice adjointe du Comité de l’énergie du Parlement ukrainien.

Ses collègues et elle ont collaboré pour éradiquer l’influence politique qui pèse sur les producteurs de gaz et les traders. Dans le même temps, ils s’emploient à accroître la production nationale de gaz et à diversifier les sources d’approvisionnement, et les sources d’énergie, de l’Ukraine.

Une Ukraine plus compétitive

Portrait d’Olga Bielkova (Photo offerte par Olga Bielkova)
Olga Bielkova. (Photo offerte)

Les effets de l’importation de gaz naturel se font sentir sur les comptes commerciaux du pays. L’Ukraine doit non seulement produire plus de gaz naturel au niveau national, mais « nous devons aussi faire attention à notre manière de consommer », déclare-t-elle.

Le pays est sur la bonne voie. En avril 2015, la Rada (le Parlement ukrainien) a adopté une loi qui permettra de bâtir les bases d’un marché pour le secteur de l’énergie ukrainien.

L’année dernière, l’Ukraine s’est efforcée d’encourager les investissements dans la production de gaz naturel. Le gouvernement a également augmenté les tarifs pour couvrir les frais de production et introduit le principe de la tarification en fonction du marché pour les ménages, ajoute-t-elle.

Les réformes se poursuivent

Le Comité de l’énergie du Parlement ukrainien se concentre maintenant sur la réduction, voire l’élimination, des monopoles sur le marché de l’énergie et la privatisation de certaines entreprises ukrainiennes de ce secteur. « La population ukrainienne en bénéficiera grandement », affirme Olga Bielkova. En effet, les besoins en capital privé obligeront les entreprises nouvellement indépendantes à être plus efficaces si elles veulent attirer les investissements.

L’Ukraine continue de chercher des moyens innovants pour réformer son marché de l’énergie et rejoindre ses homologues européens dans la quête de solutions aux besoins en énergie du XXIe siècle. « L’Europe gagnera à ce que l’Ukraine fasse partie de la communauté parce que nous avons beaucoup à offrir », ajoute-t-elle.

Prenez part à la conversation sur l’Ukraine en suivant @UnitedforUkr* et abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire sur United for Ukraine*.

 

*en anglais