Pauvre moustique. On rejette sur lui tout le blâme de la propagation de terribles maladies, comme le paludisme, la fièvre dengue et le chikungunya, alors que les vrais coupables sont des parasites et des virus, ou encore des bactéries. Les agents infectieux s’installent dans l’estomac et les glandes du moustique. C’est quand il pique pour s’abreuver de sang que le moustique transmet les maladies.

Au XIXe siècle, le scientifique britannique Ronald Ross* a découvert le mécanisme par lequel le parasite responsable du paludisme se transmet du moustique à l’homme. À l’époque, dans les années 1890, il travaillait pour le Service médical indien. Ses recherches lui ont valu un prix Nobel.

Presque 130 ans plus tard, le paludisme demeure l’une des maladies vectorielles les plus graves, faisant 600 000 morts par an, estime-t-on. Pour la plupart, ses victimes sont des enfants africains dont le corps, encore de petite taille, n’est pas à même de lutter contre le parasite.

Dessin d'une mère et son enfant, assis sur un lit couvert d’une moustiquaire contre laquelle viennent se cogner des moustiques. (AmRefHealth)

Près de 200 millions de personnes dans le monde souffrent du paludisme chaque année. Un chiffre lourd de répercussion sur la productivité et la stabilité économique des régions où sévit cette maladie.

L’Initiative présidentielle contre le paludisme (PMI)* est le programme phare des États-Unis consacré à la lutte contre ce fléau.

Lancée en 2005, l’initiative vise à combattre le paludisme dans les pays les plus touchés en privilégiant trois axes d’intervention, à savoir : la distribution de médicaments, la diffusion de moustiquaires imprégnées d’insecticides et la pulvérisation d’insecticides dans les logements.

Depuis sa mise en route, plus de 102 millions de moustiquaires et 318 millions de comprimés antipaludiques ont été distribués.

Des progrès encourageants pour les populations des régions où sévit le paludisme. Et la lutte continue. Mais tout le monde doit prendre des précautions* : même les gens qui sont simplement de passage ces régions peuvent contracter cette maladie.

(Illustrations by Doug Thompson / State Dept.)

*en anglais