Obama se félicite de la prochaine entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le climat

L’historique Accord de Paris sur le climat entrera en vigueur le 4 novembre maintenant que le nombre nécessaire de pays l’ayant ratifié a été atteint, et même dépassé.

« Si nous tenons les engagements inscrits dans cet accord, l’Histoire pourrait bien y voir un tournant pour notre planète », a déclaré le président Obama le 5 octobre.

La ratification de cet accord est un grand pas dans la lutte contre le réchauffement du climat.

Il était prévu dès le départ que cet accord entrerait en vigueur 30 jours après sa ratification par 55 pays qui représenteraient au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le pas a été franchi quand l’Union européenne et dix pays ont déposé leurs instruments de ratification le 5 octobre.

Le 3 septembre, les États-Unis et la Chine*, les deux plus grandes économies du monde et  les plus gros pollueurs aussi, avaient officiellement adhéré à l’accord et exhorté les autres pays à les rejoindre dès qu’ils le pourraient.

« Il s’agit manifestement d’un moment de la plus haute importance dans le contexte d’une action mondiale sur le changement climatique », s’est félicité David Waskow, chargé du dossier climat au World Resources Institute. « Cela s’est passé beaucoup plus vite que prévu, preuve du soutien politique dont bénéficie cet accord. »

« Pas un pays, pas même un pays aussi puissant que le nôtre, ne peut relever seul ce défi. Nous devons tous le relever ensemble. » — Le président des États-Unis

Avec l’Accord de Paris, les pays, qu’ils soient riches ou pauvres, s’engagent à agir pour freiner la hausse de la température moyenne de la planète – un phénomène responsable de la fonte des glaciers, de la montée du niveau des mers et du dérèglement du régime des pluies. Les gouvernements sont donc tenus de soumettre des plans nationaux de réduction des émissions visant à limiter la hausse de la température de la planète à moins de 2 °C.

L’Accord les oblige également à déclarer le niveau de leurs émissions et leurs progrès en matière d’application de leurs plans nationaux respectifs, soumis à l’Organisation des Nations unies.

« Aujourd’hui, il est tout à fait clair que nous nous sommes enfin réveillés, a déclaré le secrétaire d’État John Kerry, Nous avons tiré les leçons des faux départs du passé et nous sommes – enfin – engagés sur la voie de la protection de l’avenir pour nos enfants, nos petits-enfants et les générations à venir. »

La question de l’entrée en vigueur de l’accord étant réglée, le monde va maintenant tourner son attention sur celle de l’application. La prochaine conférence de l’ONU sur le climat s’ouvrira le 7 novembre à Marrakech.

Adapté par ShareAmerica

 

*en anglais