Avez-vous mangé une abeille pour le dîner hier soir ?

Indirectement, oui. Parce qu’une abeille, un papillon, un oiseau ou un autre pollinisateur contribue à la production d’une bouchée sur trois de ce que nous mangeons. Les pollinisateurs transportent de tout petits grains de pollen d’une plante à l’autre, et c’est ce qui permet aux végétaux de produire les fruits, les légumes et autres aliments que nous consommons.

Le problème, c’est que les populations des abeilles et des autres pollinisateurs sont en déclin, et cela entraîne des répercussions sur les plantes qui dépendent de la pollinisation pour se reproduire. Les apiculteurs américains ont rapporté avoir perdu 40 % de leurs colonies entre 2014 et 2015. Au banc des accusés : la dégradation des habitats, l’utilisation de pesticides, les insectes et animaux nuisibles, et les maladies, nous disent les scientifiques.

Face à ce problème, le président Obama a lancé la Stratégie fédérale pour la santé des abeilles et des autres pollinisateurs*, un recueil des plans d’action en cours qui ont pour but de développer les habitats de ces animaux bien utiles et d’améliorer la recherche.

Que pouvez-vous faire pour sauver les abeilles ?

Voici comment vous pouvez les aider :

  • Plantez des fleurs : En ayant des fleurs qui fleurissent dans votre jardin pendant toute la saison de pousse, vous créez un habitat qui attire les pollinisateurs. Plantez toutes sortes d’espèces, particulièrement celles qui sont originaires de votre pays ou de votre région, si possible.
  • Limitez ou évitez l’utilisation de pesticides : Traiter les plantes avec des pesticides peut nuire aux pollinisateurs qui les butinent, voire les tuer. Utilisez des produits chimiques uniquement en cas de nécessité absolue et pulvérisez-les quand les pollinisateurs ne sont pas là, en général aux premières heures du jour ou tard le soir.

 

*en anglais