Quand une ville américaine fête le soutien du pays à l’OTAN

Au son des fanfares et des hourras des spectateurs, le défilé des pays de l’OTAN s’engage tous les printemps dans les rues, non pas de Bruxelles – siège de l’OTAN – mais de Norfolk, en Virginie. Cette ville portuaire historique s’enorgueillit de sa contribution à la solidité de l’alliance transatlantique.

Military members marching in parade and carrying flags (U.S. Navy/Abraham Essenmacher)
Des militaires de plus d’une vingtaine de pays de l’OTAN brandissent leur drapeau national dans un défilé à Norfolk, en Virginie. (U.S. Navy/Abraham Essenmacher)

C’est en 1953 que l’OTAN établit pour la première fois un centre de commandement stratégique à Norfolk, qui abrite la plus grande base navale du monde. Lors d’une cérémonie de lever de drapeau, le 28 avril 2017, le général de l’armée de l’air française Denis Mercier, Commandant suprême allié Transformation (SACT), a déclaré que l’OTAN s’était révélée être « un socle de la sécurité, à la fois de l’Europe et des États-Unis ».

Des habitants de la ville, des entreprises et l’organe du développement économique de l’État de Virginie déboursent près de 250 000 dollars tous les ans pour organiser ce festival et d’autres activités en l’honneur de l’OTAN. Une façon de reconnaître les efforts déployés par l’alliance depuis près de 70 ans pour renforcer la sécurité dans le monde.

Military members marching and saluting (State Dept./D.A. Peterson)
Des officiers italiens font un salut militaire lors du défilé à Norfolk, en Virginie. (Département d’État / D.A. Peterson)

Initialement axé sur la sécurité maritime dans l’Atlantique, le centre de commande de Norfolk a vu sa mission changer après les attentats du 11-Septembre. Le SACT a aujourd’hui pour mission de réexaminer la structure militaire de l’OTAN, de tester des concepts et de conduire des entraînements. C’est l’un des deux centres stratégiques de l’OTAN. Le Commandement allié Opérations (Allied Command Operations, ACO) à Mons, en Belgique, planifie et exécute toutes les opérations militaires.

Le personnel est composé de militaires de presque tous les pays membres de l’OTAN. Tous les ans, au printemps, un grand nombre d’entre eux passent leurs week-ends à décorer des chars de défilé sur le thème de la culture et de l’histoire de leur pays d’origine, comme des répliques de la tour Eiffel, de château ou de drakkar.

« Ce festival est unique au monde. Il n’y a pas d’autre événement dont la mission est de mettre à l’honneur et de célébrer l’alliance transatlantique », se réjouit Jeff Maisey, qui publie un magazine d’arts, de gastronomie et de culture, et a été président du conseil de bénévoles du festival.

Alex Pincus, qui travaille comme juriste pour la ville et fait partie des organisateurs du festival, se félicite que le défilé attire les familles de descendance européenne, comme la sienne – sa mère étant norvégienne.

People riding parade float shaped like boat (U.S. Navy/Abraham Essenmacher)
Un groupe local norvégien-américain et des familles dont les membres font partie de l’OTAN travaillent chaque année sur le drakkar des fils de Norvège du défilé de l’OTAN. (U.S. Navy/Abraham Essenmacher)

Ce défilé est « un travail fait par passion. C’est important que les Américains sachent que ces pays de l’OTAN veillent à la protection des États-Unis, tout comme nous (…) veillons à la leur », souligne Alex Pincus.

Aircraft flying in formation and streaming colored smoke trails (NATO/Paolo Giordano)
La Patrouille de France (patrouille acrobatique officielle de l’Armée de l’air française) participe au défilé de l’OTAN. (OTAN/Paolo Giordano)

Le général Mercier partage ce sentiment : « Dans un monde de plus en plus dangereux et imprévisible, il est crucial d’avoir des amis et des alliés. »

 

Mise à jour d’un article initialement publié le 25 mai 2017.