Rendre le monde plus sûr par la dissuasion

Mike Pompeo (à droite), assis dans un fauteuil et s’entretenant avec Condoleezza Rice (Département d’État/Ron Przysucha)
Le secrétaire d’État Michael Pompeo discute avec l’ancienne secrétaire d’État Condoleezza Rice à l’université Stanford (Californie), le 13 janvier. (Département d’État/Ron Przysucha)

Les États-Unis mènent une campagne internationale pour rétablir la force de dissuasion contre le régime iranien et les autres pays agresseurs qui cherchent à étendre leur impact mondial.

La dissuasion « exige de la crédibilité ; en fait, elle en dépend », a déclaré le secrétaire d’État des États-Unis Michael Pompeo à la Hoover institution, un groupe de réflexion de l’université Stanford (Californie), le 13 janvier. « Votre adversaire doit comprendre que non seulement vous avez la capacité d’imposer des coûts, mais que vous êtes bel et bien prêt à les imposer. »

L’attaque par drone américain du 2 janvier qui a tué Qassem Soleimani, commandant de la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI), est un exemple récent de la dissuasion américaine. Soleimani exportait le terrorisme dans le monde entier et a causé la mort de milliers de personnes. Il était également derrière l’attaque du 31 décembre contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad.

« Aucun autre terroriste, à l’exception d’Oussama ben Laden, n’a autant de sang sur les mains que Qassem Soleimani », a souligné le secrétaire d’État. « Le monde est un lieu plus sûr maintenant qu’il ne pose plus ce risque-là. »

Recours à la dissuasion contre le régime iranien

M. Pompeo a déclaré que les États-Unis avaient mis sur pied une campagne d’isolement diplomatique, de pressions économiques et de dissuasion militaire. L’objectif est de priver le régime iranien de milliards de dollars de ressources qu’il utilise pour perpétrer des actes de terrorisme, et aussi d’encourager l’Iran « à agir comme un pays normal ».

D’autres nations ont rejoint les États-Unis dans les efforts de dissuasion contre les agressions du régime iranien, a indiqué M. Pompeo, à savoir :

La dissuasion est nécessaire partout dans le monde

Les efforts pour rétablir la dissuasion s’étendent au-delà de l’Iran et à d’autres régimes, a indiqué M. Pompeo, en donnant plusieurs exemples :

  • La Russie : Les États-Unis ont relancé leur soutien militaire à effet létal à l’armée ukrainienne après avoir été témoins du soutien russe à l’agression contre l’Ukraine et de l’occupation par la Russie de la Crimée en 2014.
  • La mer de Chine méridionale : Les États-Unis ont intensifié les exercices maritimes en mer de Chine méridionale, aux côtés de leurs alliés et partenaires dans toute la région en réponse à la campagne de construction d’îles dirigée par le Parti communiste chinois (PCC).
  • Contrôle de l’armement : Avec le plein soutien de l’OTAN, les États-Unis se sont retirés du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) conclu avec la Fédération de Russie en raison du non-respect de cet accord par les Russes.