Sciences et tech : plus de femmes = plus de richesse

Une femme dans un couloir en train de revêtir des équipements de protection individuelle (© Ed Jones/AFP/Getty Images)
Kim Seung-yeon, de la division des recherches sur les animaux à l’Institut international des vaccins à Séoul, en Corée du Sud, enfile la combinaison de protection individuelle nécessaire pour entrer dans un laboratoire d’essais de vaccins potentiels contre la COVID-19. (© Ed Jones/AFP/Getty Images)

Les États-Unis, le Japon et la République de Corée sont déterminés à promouvoir les opportunités offertes aux femmes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (la filière STIM), notamment dans l’informatique, afin de faire progresser l’égalité et la croissance économique.

Kelley Currie, l’ambassadrice itinérante des États-Unis pour les dossiers relatifs aux femmes dans le monde, a déclaré qu’il était vital de s’attaquer au problème persistant de la sous-représentation des femmes dans la filière STIM* pour améliorer les sociétés.

« Promouvoir la pleine et significative participation des femmes dans les industries STEM fera avancer la prospérité et la croissance économique dans le monde entier », a-t-elle noté à l’ouverture du Sommet sur le leadership des femmes dans les STIM*, tenu virtuellement du 19 au 23 octobre.

« Garantir l’égalité des chances dans les industries STIM est essentiel non seulement pour combler l’écart sur le marché du travail et promouvoir la croissance économique, mais aussi pour parvenir à des sociétés plus inclusives, innovantes et prospères », a ajouté Mme Currie.

Le sommet était organisé par le département d’État avec la participation de hauts responsables de gouvernements de trois pays ainsi que d’universitaires, de représentants du secteur privé et de membres de groupes de la société civile. Il visait à examiner les moyens de préparer les prochaines générations de femmes à travailler dans les industries STIM, lesquelles offrent potentiellement des gains plus élevés que la plupart des autres secteurs.

Les représentants du Japon, de la République de Corée et des États-Unis ont exprimé leur engagement à faire en sorte que les femmes du monde entier aient pleinement accès aux opportunités économiques et que leur rôle de moteur de la croissance économique soit reconnu. L’autonomisation des femmes permet à ces dernières d’investir davantage dans leur collectivité, ce qui stimule la croissance économique, a souligné Mme Currie.

« Les sociétés qui reconnaissent le rôle vital des femmes sur les plans politique, économique et sociétal s’efforcent d’éliminer les obstacles réglementaires et les contraintes juridiques ou politiques qui les maintiennent sur la touche. (…) Elles comprennent que cela rend leurs sociétés plus prospères et plus paisibles », a affirmé l’ambassadrice itinérante.

 

*en anglais