Son rêve : aller sur Mars

Une adolescente en combinaison spatiale, un casque à la main.
Alyssa Carson, prête à explorer Mars ? (Facebook)

« Je fais partie de la génération Mars », annonçait Alyssa Carson sur sa page Facebook, en janvier. À 13 ans, elle dit vouloir être la première personne à mettre le pied sur la planète rouge – une mission qui pourrait bien voir le jour d’ici 2030.

Depuis l’âge de 3 ans, quand elle a appris que pas un être humain n’avait foulé le sol de cette planète tellurique, elle rêve d’aller sur Mars. Fascinée par l’espace, elle pense aussi à la survie de la race humaine. « Il est temps qu’on explore ce qu’il y a au-delà de notre planète. Ne l’oubliez pas : une espèce qui n’a qu’une planète est condamnée à l’extinction », sermonne-t-elle dans une conférence TEDx.

Depuis 1959, la NASA a sélectionné 330 astronautes seulement, et la concurrence entre les candidats est de plus en plus dure. Dans l’espoir d’être recrutée un jour et pour mettre toutes les chances de son côté, Alyssa ne lésine pas sur les moyens : elle apprend des langues étrangères, bûche les maths et les sciences, construit des robots et s’entraîne dans des camps pour jeunes sur des machines spéciales pour s’habituer à l’apesanteur.

Pour être admis au Programme des astronautes candidats de l’agence spatiale américaine, il faut posséder toutes ces compétences, et d’autres encore, comme le fait de pouvoir nager revêtu d’une combinaison spatiale et une paire de tennis aux pieds pendant le premier mois d’entraînement : trois longueurs dans une piscine de 25 mètres, s’il vous plaît. Alyssa retient déjà l’attention de la NASA. (Lisez un article sur les femmes astronautes qui ont laissé leur marque dans l’Histoire.)

Outre sa préparation à une future mission spatiale, et après l’école, les leçons de piano et les cours de danse, Alyssa trouve encore le temps de discuter de ses ambitions avec ses fans et la presse. Tout le monde veut rencontrer cette adolescente dynamique et passionnée. Convaincue que l’être humain est, par nature, une créature qui a besoin d’explorer, elle s’interroge : l’Homme veut-il prendre le chemin des dinosaures et courir à l’extinction ? Mais Alyssa nous rappelle aussi que tout est possible. « J’espère donner envie à d’autres jeunes de poursuivre leurs rêves », écrit-elle dans un blog – en anglais, en espagnol et en français.

Vous aimeriez faire carrière dans les sciences, la technologie, l’ingénierie ou les maths, ou vous connaissez quelqu’un que ça tente ? Apportez votre concours à des organisations qui militent pour l’éducation des filles à travers le monde. Découvrez TechGirls, un programme d’échanges pour les filles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui leur ouvre des horizons nouveaux dans le domaine de la conception de sites Web, la robotique et la création graphique destinée à la vidéo. Un autre programme, Girls Who Code, donne aux filles les compétences et les ressources nécessaires pour se lancer dans l’informatique.