Un médecin auscultant une enfant (USAID/Daniel Lanari)
Par le biais de ses partenaires, l’USAID soutient des dispensaires tel celui-ci à Accra (Ghana) afin d’accroître les taux de survie des mères et des enfants. (USAID/Daniel Lanari)

Après le séisme de magnitude 7 qui a frappé Haïti en 2010, le gouvernement des États-Unis a fourni à ce pays 1 milliard de dollars en aide, déboursés principalement par le département de la défense, selon la base de données Foreign Aid Explorer*.

Cette base de données, établie par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), montre quelle agence du gouvernement fédéral a fourni le plus d’aide à l’étranger au cours d’une année budgétaire donnée, en plus d’une multitude d’autres informations.

La base de données a été créée en 1961, à la suite de l’entrée en vigueur de la Foreign Assistance Act (Loi sur l’aide à l’étranger). Elle procure des informations détaillées sur l’aide des États-Unis à l’étranger, de 1945 à un passé récent.

Conformément à la loi, l’USAID indique au Congrès ce que le gouvernement américain finance au titre de l’aide à l’étranger, par pays. Cette même information est entrée en toute transparence dans la base de données, laquelle est mise à jour sur une base trimestrielle et annuelle. Tout le monde peut consulter la base de données Foreign Aid Explorer, en choisissant de limiter sa recherche à un pays en particulier ou à une certaine agence du gouvernement américain.

Au cours de l’année budgétaire 2018, la dernière pour laquelle toutes les données sont disponibles, l’Amérique a dépensé 46 milliards de dollars en aide à l’étranger, les fonds ayant été répartis entre 208 pays. C’est l’USAID qui a déboursé la somme la plus importante, avec plus de 20 milliards de dollars. Plus de la moitié de cette somme était destinée à la prévention du VIH/sida. L’Afrique subsaharienne, bénéficiaire de 11,8 milliards de dollars, est la région qui a reçu le plus d’aide de la part des États-Unis au cours de cette année budgétaire.

Graphique linéaire indiquant les montants d’aide à l’étranger accordés par les États-Unis au cours des années budgétaires 2001 à 2018 (Département d’État, Helen Efrem)
(Département d’État, Helen Efrem)
Graphique en gaufres indiquant le total de l’aide américaine à l’étranger au cours de l’année budgétaire 2018 et les 5 premiers pays bénéficiaires (Département d’État, Helen Efrem)
(Département d’État, Helen Efrem)

« Il est important non seulement de fournir les données, mais d’avoir aussi une façon peu onéreuse de les partager », a souligné un responsable de l’USAID. La base de données, a-t-il ajouté, permet au contribuable américain de voir rapidement comment son aide à l’étranger est utilisée.

La base de données a été conçue pour montrer qui met en œuvre quels programmes et partager les résultats. Elle garantit que les États-Unis s’acquittent de leur engagement, qui est d’aider les autres pays à devenir plus autonomes. Et elle aide les pays bénéficiaires à planifier leurs efforts en matière de développement.

 

*en anglais