Une juge autorise le port du turban dans les forces armées américaines

Iknoor Singh (American Civil Liberties Union)
Iknoor Singh s’est tourné vers les tribunaux pour avoir le droit de pratiquer sa religion tout en servant son pays. (American Civil Liberties Union)

Iknoor Singh, en photo ci-dessus, voulait s’inscrire au programme ROTC (Reserve Officers’ Training Corps) de l’armée de terre américaine, qui octroie une bourse d’études universitaires en échange de la participation à des exercices d’entraînement militaire et d’un engagement ultérieur sous les drapeaux. Le hic : il serait obligé de se raser et il n’aurait pas le droit de porter son turban quand il serait de service.

Or Iknoor Singh est sikh, et sa religion interdit aux hommes de se couper les cheveux et de se tailler la barbe. Ils sont aussi tenus de porter un turban. Pour lui, pas question de céder.

Un juge fédéral lui a donné gain de cause. « Je n’en croyais pas mes oreilles quand j’ai entendu la décision de justice », a-t-il déclaré*.

En vertu du droit fédéral américain, le gouvernement ne peut pas imposer de « fardeau substantiel » à la pratique d’une religion, sauf si « un intérêt gouvernemental impérieux » est en jeu. Et même dans ce cas, la loi autorise seulement les moyens les plus limités qui soient nécessaires pour servir cet intérêt.

La juge Amy Berman Jackson a déclaré que le turban et la barbe d’Iknoor Singh n’auraient pas d’effet sur l’exercice de ses fonctions. Elle a également fait remarquer que l’armée accordait déjà de nombreuses dérogations médicales concernant la pilosité faciale.

Iknoor Singh est attiré par la fonction publique, et il veut mettre ses talents au service du renseignement militaire quand il aura terminé son programme de formation ROTC.

« Ce n’est pas facile de passer officier. Il faut être très compétent dans beaucoup de domaines », explique-t-il.

 

*en anglais