Une organisation américaine fait don de parcs nationaux au Chili

L’organisation américaine Tompkins Conservation vient de signer un accord avec le gouvernement chilien pour lui faire don de 404 700 hectares de terres destinées à la constitution de nouveaux parcs nationaux. C’est la donation privée la plus importante de cette nature jamais reçue par ce pays d’Amérique du Sud.

Michelle Bachelet, la présidente du Chili, a signé cet accord avec Kristine McDivitt Tompkins, la femme du défunt écologiste américain Doug Tompkins qui a consacré une partie de sa vie à protéger les écosystèmes menacés d’Argentine et du Chili.

« C’est une étape essentielle si on veut chérir cette immense source de biodiversité et la protéger pour l’intérêt public », a déclaré la présidente au cours d’une cérémonie qui s’est tenue dans la périphérie du parc de Pumalín, dans le sud du Chili.

L’accord cédera des terres qui serviront à constituer trois nouveaux parcs nationaux, à étendre trois autres parcs et à réunir des forêts nationales pour former deux parcs nationaux. Michelle Bachelet devrait signer le décret pour la création des parcs avant la fin de son mandat, qui se termine en mars 2018.

Le projet permettra de créer la « Route des parcs », un réseau de 17 parcs s’étendant sur plus de 240 000 km, de Puerto Montt jusqu’au cap Horn. En tout, l’objectif du projet est d’augmenter la superficie des parcs nationaux chiliens de plus de 4 047 000 hectares. Selon la Tompkins Conservation, la zone qui sera protégée est trois fois plus grande que les parcs nationaux de Yosemite et Yellowstone réunis.

Doug Tompkins, cofondateur des marques de vêtements North Face et Esprit, a utilisé une grande partie de sa fortune pour acquérir de grandes étendues de territoire en Patagonie, une région très peu peuplée, avec des rivières sauvages et des paysages magnifiques, située dans le sud du Chili et en Argentine.

Depuis le décès de son époux dans un accident de kayak en 2015, McDivitt Tompkins n’a cessé d’œuvrer pour protéger irrévocablement du développement les millions d’hectares que le couple a acquis sur une période de 25 ans.

« J’aurais aimé que mon mari, Doug, dont la vision est à l’origine de cet accord historique, soit avec nous en ce jour mémorable. Mon équipe et moi ressentons profondément son absence. Mais je sais que si Doug était avec nous aujourd’hui, il parlerait des parcs nationaux comme de l’une des plus grandes expressions de la démocratie par un pays, qui préserve les chefs-d’œuvre d’une nation pour l’ensemble de ses citoyens », a-t-elle déclaré.