USA : La police des frontières salue le succès des mesures sur l’immigration

Mur métallique surplombé de fil barbelé, et des habitations à l’arrière-plan (© Charlie Riedel/AP Images)
Un mur surplombé de fil barbelé sépare la ville de Nogales, dans l’Arizona, de la ville éponyme au Mexique. Photo prise en 2019. (© Charlie Riedel/AP Images)

Le commissaire par intérim du Service des Douanes et de la Protection des frontières des États-Unis (CBP, Customs and Border Protection), Mark Morgan, a adressé un message clair à quiconque envisagerait de pénétrer clandestinement sur le territoire américain : « Aujourd’hui, en ce moment même, en mars, si vous arrivez à notre frontière et que vous tentez de la franchir illégalement, d’enfreindre nos lois et de faire enregistrer une demande dénuée de fondement, vous serez expulsé, vous serez renvoyé là d’où vous venez ou vous ferez l’objet d’une sanction appropriée. »

Lors d’une conférence de presse tenue le 12 mars* par téléphone, le haut responsable a fait le point de la situation : « Nous avons continué de faire des progrès incroyables en ce qui concerne le renforcement de notre frontière, non seulement pour faire face à la multitude de menaces qui pèsent sur nous, mais aussi pour lutter spécifiquement contre l’immigration clandestine », s’est-il félicité.

De fait, au cours des cinq derniers mois, le CBP a renvoyé plus d’immigrants en situation irrégulière qu’il n’en a arrêté.

L’immigration illégale a toujours été mesurée à l’aune du nombre d’arrestations, précise le Congressional Research Service.

Cela signifie que, pendant huit mois, les passages clandestins de la frontière ont évolué cumulativement à la baisse. Et si les chiffres de février 2020 reflètent une modeste stabilisation, le fait est que le nombre de clandestins augmente normalement ce mois-là.

Graphique donnant des indications chiffrées sur les arrestations de clandestins à la frontière (Département d’État)
(Département d’État)

En 2019, les arrestations ont augmenté de plus de 30 % de janvier à février, preuve, pour M. Morgan, que les nouvelles politiques du gouvernement américain en matière d’immigration sont bien implantées cette année.

Pour autant, le CBP reste déterminé à assurer la sécurité des migrants. Le commissaire par intérim a rappelé que les trafiquants d’êtres humains et les passeurs continueraient d’exploiter les femmes, les enfants et les familles qui se dirigent vers la frontière américaine.

« Ne faites pas confiance aux passeurs d’êtres humains, a-t-il insisté. Ne vous mettez pas en danger, ni vous ni vos enfants, en vous lançant dans le dangereux voyage vers les États-Unis. Vous le ferez en pure perte. »

 

*en anglais