Washington sanctionne un réseau pétrolier russo-iranien

Dans la dernière série de sanctions en date imposées par les États-Unis aux réseaux qui soutiennent le terrorisme, neuf entités impliquées dans un système complexe de vente de pétrole iranien à la Syrie viennent d’être visées. Voici de quoi il retournait : le régime iranien fournissait du pétrole au régime d’Assad. En contrepartie, le régime syrien facilitait le transfert de centaines de millions de dollars à la force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, des fonds qui étaient ensuite transmis à des organisations terroristes, tels le Hamas et le Hezbollah.

Au centre de toutes ces manigances : Mohammad Amer Alchwiki, le propriétaire du Global Vision Group, une entreprise basée en Russie qui était de mèche avec une filiale du ministère russe de l’Énergie, a déclaré le département américain du Trésor le 20 novembre.

Infographie montrant le lien entre le Global Vision Group, l’Iran, la Russie, la Syrie et des organisations terroristes (Département d’État)
(Département d’État)

« Aujourd’hui, nous prenons des mesures face à un plan complexe que l’Iran et la Russie ont utilisé pour renforcer le régime d’Assad et générer des fonds destinés à favoriser les activités malveillantes de l’Iran », a déclaré le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Les États-Unis poursuivent énergiquement les particuliers  et les entités qui soutiennent le régime d’Assad en Syrie, aidant ainsi ce dernier à continuer de commettre des atrocités contre la population syrienne. De même, ils ont rétabli des sanctions contre l’Iran en raison de son programme illégal d’armes nucléaires et de son soutien du terrorisme dans le monde.

Le Global Vision Group facilitait :

  • le transport de pétrole de la Compagnie pétrolière nationale d’Iran dans des ports sous le contrôle du gouvernement syrien en utilisant des navires qui cachaient leur destination finale en Syrie ;
  • les paiements en dollars de l’Iran à des sociétés russes à l’appui du régime iranien ; et
  • le transfert de centaines de millions de dollars de l’Iran à des organisations terroristes, y compris aux groupes terroristes spécialement désignés que sont le Hezbollah et le Hamas.

Les mesures de @USTreasury aujourd’hui, qui ciblent le complot pétrolier russo-iranien visant à soutenir Assad et à financer le Hezbollah et le Hamas, envoient un message clair : quiconque expédie du pétrole en Syrie ou tente de contourner les sanctions américaines contre les activités terroristes de la République islamique s’expose à de graves répercussions.

Les États-Unis ont également transmis un avis à la communauté maritime, mettant en garde les entreprises quant aux risques d’expédier du pétrole au gouvernement de la Syrie. L’avis comprend une liste de navires dont on sait qu’ils livrent du pétrole à la Syrie depuis 2016.

« Les États-Unis sont déterminés à imposer des conséquences financières à l’Iran, à la Russie et à tous ceux qui s’efforcent de consolider le régime autoritaire d’Assad, a déclaré Steven Mnuchin, ainsi qu’à mettre fin au financement des organisations terroristes par le régime iranien. »

En octobre, les États-Unis ont aussi sanctionné une fondation d’entreprises iraniennes qui finançait un groupe paramilitaire formant des enfants soldats pour aller combattre en Syrie et ailleurs.