Exploitation minière d’or au Venezuela (© Manaure Quintero/Bloomberg/Getty Images)
Une exploitation d’or vénézuélienne appartenant à Minerven, une entreprise minière d’État visée par les sanctions américaines. (© Manaure Quintero/Bloomberg/Getty Images)

Le département américain du Trésor a sanctionné la compagnie minière d’État du Venezuela et son président en raison de son soutien au régime de Nicolas Maduro.

L’entreprise en question, CVG Compania General de Mineria de Venezuela CA (Minerven), et son patron, Adrian Antonio Perdomo Mata, ont travaillé en étroite collaboration avec Maduro et ses alliés pour développer des opérations minières illicites ces dernières années et mettre à sac les ressources naturelles du peuple vénézuélien.

« Le régime illégitime de Maduro pille les richesses du Venezuela », a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin*, lors de l’annonce des sanctions, le 19 mars.

Les activités minières illicites du gouvernement ont permis à Maduro et à ses acolytes de se mettre dans les poches des centaines de millions de dollars pendant que les Vénézuéliens souffrent et meurent de faim à cause des pénuries de nourriture et de médicaments.

Ces sanctions entrent dans le cadre des efforts des États-Unis destinés à empêcher Maduro et ses proches partisans de « piller les richesses du Venezuela au profit de leurs intérêts personnels corrompus », selon le décret présidentiel* qui autorise les sanctions.

Pillage de ressources naturelles

Non contents d’avoir détourné les richesses de l’entreprise pétrolière d’État du Venezuela, après des années de corruption, Maduro et son entourage se sont enrichis et maintenus au pouvoir en ayant recours à l’exploitation illégale de l’or, a déclaré le département du Trésor. Ces activités frauduleuses ont été l’une des plus lucratives ces dernières années tandis que la production de pétrole a diminué.

La mesure prise par le gouvernement américain « empêchera Maduro et d’autres acteurs corrompus de continuer à s’enrichir aux dépens du peuple vénézuélien qui vit dans la misère depuis de nombreuses années. En outre, elle contribuera à mettre fin aux répercussions néfastes de l’exploitation minière sur l’environnement ainsi qu’à l’exploitation de la main-d’œuvre dans l’industrie aurifère vénézuélienne », a ajouté le département d’État*.

 

*en anglais